Sidonie

il y a
1 min
68
lectures
9

J'attends qu'enfin le crépuscule sache ressembler à l'aube. Parce que c'est délicat de sa part. Et drôle.

Je draguais une puce, du côté de Saint-Ouen.
Nous nous mîmes à parler, du beau temps, de la pluie...
Elle se mit à bâiller. Je m’suis dit : si j’l’ennuie,
Elle va héler un chien, et tagada tsoin tsoin...

C’est d’ailleurs ce qu’elle fit, soyons clairs sur ce point !
Le chien était femelle et s’appelait Sidonie ;
Elle était famélique et sans maître ; et j’ouïs
Qu’elle se trouvait très lasse et n’irait plus très loin.

Je l’accompagnais donc jusqu’au petit resto
Où j’avais mes quartiers, connaissant le cuistot ;
Et on lui servit là du goulasch autrichien.

Elle mangea à sa faim et devint mon amie.
Enfin je caressais Sidonie, endormie...
QUI PEUT LA PUCE,
PEUT LE CHIEN !

9

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,