Sianna

il y a
2 min
29
lectures
3

"Ce qu'il y a de bien avec les gens fêlés c'est qu'ils laissent passer la lumière." Maman me dit que je n'écris que des élégies. Je ne sais pas décrire les petites fleurs et les papillons  [+]

Je me rappelle la toute première fois que je t'ai tenue contre moi,
Tu tenais tout juste dans le creux de nos mains et l'histoire a commencé là.
Quelques semaines plus tard tu intégrais notre maison.
Cadeau de la Mémé à Maman qui se remettait mal d'une autre disparition.
On a longtemps cherché ton nom et les Fées nous l'ont murmuré :
Sianna, Reine au royaume d'Avalon, et tu as enchanté notre foyer.

On dit qu'un chien naît notre ami, il naît pour nous aimer.
Il est dit que pour ce chien nous sommes le monde entier.
Je dis que toi, "petit Pitchou", tu as fait partie de notre monde pendant ces quatorze années,
Et j'hurle que tu feras partie de nos mémoires pour l'éternité.

Tu n'as toujours pensé qu'à jouer et à lécher.
Courant en aboyant pour qu'on t'attrape autour de la table de la salle à manger.
Les gens n'aiment pas les caniches parce que leurs maîtres les aiment trop et tant.
Ceux qui connaissent la race savent qu'il ne peut en être autrement.
Une race noble et chasseuse dont on a fait une race de salon.
Des barrettes, des noeuds, du rose et des pompons ?
Tu n'as pourtant jamais fait partie des classieuses et bouchonnées.
Un chien de compagnie, te roulant dans notre terre familiale à peine toilettée.
La plus petite parmi la meute mais la première à sonner l'alerte.
C'est à ton signal que le chenil démarrait, te distançant très vite, peu importe elles respectaient l'ancêtre.
Tu montes sur la table pour défier tendrement les règles de la maison. Et on te laisse faire, lâches, succombant à ton regard empli de malice et d'affection.
Je souffle sur ton museau et tu enfouis ta tête contre mon sein.
Tu éternues, me regarde et je t'étreins.
Tu te laissais choir sur le flan telle une minuscule diva,
Défaillant par jeu, attirant les caresses sur ce ventre soyeux, sensation d'angora.

Il y a cette photo que j'appelle "Sphinx" que j'aime tant.
Et les cinq êtres s'y reflétant, ça y est, ont tous quittés cet espace temps.
Il y a cette horde de fantômes félins et canins qui hantent parfois mes nuits.
Ils ont ce sourire tout animal, étendus sur notre pelouse, êtres de lumière vive.
Ils étaient venus me prévenir qu'ils venaient te chercher bientôt.
Je n'ai pas compris de suite mais ils parlaient à mon âme pour alléger le fardeau.
Une dernière promenade ce mardi-là avec Dana marchant presque au pas.
Une ultime balade avec toi portée tour à tour dans nos bras.
Je ne le savais pas ce jour là,
L'ignorance est un beau cadeau parfois.

Je me demanderai toujours comment une si petite chose pouvait prendre tant de place dans notre foyer.
Comment un coeur si malade était capable d'engendrer tant d'amour et de gaieté.
Je me demanderai toujours comment un chien si noir pouvait rayonner de tant de lumière,
Comment une si petite gueule pouvait assourdir la terre entière.

Dis-leur comment ton tout petit coeur si malade a tenu si longtemps ?
Nourri par l'amour, chargé d'émotion, repu de sentiments.

Il était une fois une toute petite reine noire aussi brillante qu'un coeur de tourmaline et d'onyx façonnées.
Partie légère, dans un éclair de Jade, illuminer à nouveau le royaume des Fées.


Hécate XIII. Le 13 août 2015.
3

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,