Seuils invisibles

il y a
1 min
390
lectures
146
Qualifié

"Le chant qui ne vient du cœur vaut peu."

Image de Grand Prix - Été 2019
Image de Poèmes

Je marche
Avec ton nom sur les lèvres
Et au-dessus, le ciel s'imbibe de noir
Comme un gâteau de désespoir
Siropé d'obscurités gluantes

Il n'y a rien d'autre là-haut
Rien
Que de minces lunes fragiles
Au bord du vide

Et je marche...
Dans un jardin de labyrinthes glissants
Dans cette ville abandonnée
Aux toits d'étoiles éteintes
- Dernière station
Avant la fin de la Création

J'avance
Sur des interstellaires qui s'écroulent
Une douleur lancinante dans les doigts
Pendant que le noir tranche mes talons
Et l'absence d'étoiles me gerce la peau...

Mais dans l'abysse des mondes oubliés
Au fond de l'océan de probables tortueux
A mesure que je m'efface
Que je trébuche dans les lointains des lointains
Petit à petit, je comprends :

L'obscurité qui m'entoure,
Comme la Terre est ronde -
M'éloignant de toi...
Je m'approche

146

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !