Sans fin

il y a
1 min
197
lectures
80
Qualifié

Auteur en poésie : Contraction, Vibration éditions ; chez Langlois Cécile, Mali-Cieux, Blue Line (co-écriture) et Levantine. Né en 1969, réside en Alsace depuis 2004  [+]

Image de Printemps 2018
Le vin blanc est jaune comme la contenance du noir
Le vin rouge est rubis comme les diamants de la reine
Le vin dans mes veines est fortuit comme un palmier à Vannes
Mes yeux, mes jours, mes lèvres fermentent et pas toujours de propos obscènes
Mes joues mes cheveux mes cernes
Mes membres maturent,
Et s’involutent en brûlures et douleurs aiguës.
Le grain de ma peau ne donnera jamais rien qu’un oxyde de ciguë et un jus de toxines.
Et le temps fortifiera l’aigreur du parfum
Attaquera la souplesse, la texture et la fermeté de mes chairs.
Mon palais ne sera plus.
Ma bouche ne sera plus cette source de volupté de naguère.
Tu n’y fouineras plus tes désirs, tu n’y enfouiras plus ton amour.
Ta langue me sera qu’un souvenir.
Oui, un polissage désormais nécessaire,
Pour lier mes membres verdâtres à mon corps en abcès,
En guise de collage et filtrage de mes lies intestines.
Je ne suis plus que rafles dans une éruption de bulles d’air.
Je n’ai plus la force de fabriquer une marcotte.
Mais un vin vieux s’agite encore dans le confort de mon oubli.

80

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !