Image de Artvic

Artvic

8 lectures

1

(Vers hexamètre)

Je n’ose plus regarder vos yeux où cette lumière merveilleuse
Scintille toujours de mille feu et qui vous donne cet air rêveuse
Je m’y vois comme un p’tit enfant, d’une protection qui vous enchante
Je préfère sentir tout mon corps se lover en vous femme-amante

Toute cette tendresse qui m’ensorcelle est bien plus forte d’un mauvais sort
Une lame d’amour qui vous pénètre et qui vous laisse là sans effort
Juste à vos pieds où tout larmoie tant votre beauté est si divine
Vos yeux d’un marron qui flamboie m’engloutissent et puis me laminent

C’est un doux trésor d’être à vous je vous laisse emporter mon âme
Sur les courbes de la vôtre, j’avoue, m’y noyer pour toucher la flamme
Est une sensation qui frissonne, une ivresse quand je vous désir
Un bouquet de baisers en somme où sur vos fesses... un vrai plaisir !

Ce grain de peau froid et mouillé quand vous venez me chevaucher
Me fait glisser sur vos accords, mes mains ne peuvent donc s’empêcher
De goûter après tant d’année à trouver leurs empreintes, je crois...
Ou dans votre esprit qui m’aspire l’amour se fait du bout des doigts...

Je viens à vous! Laissez-moi donc !...en fines caresses escalader
Vos dunes et vos monts émerveilles sur vous je ne peux que voler
Devrai-je attendre une fois de plus ce soir aux étoiles qui brillent
Pour sentir dans vos yeux limpides toute votre candeur qui frétille...

Thèmes

Image de Poèmes
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,