1
min

Rue des pas perdus

Image de Daniel Nallade

Daniel Nallade

146 lectures

39

Loser du capital, sur un trottoir moqueur
Ma vie sociale se joue, en survie digitale
Vautré comme un campeur, je quémande un parleur
Dans le giron des cœurs, le chant d’une piécette
Un kopeck d’opérette, dans mon tronc de chômeur.

Le bitume fossoyeur, me réduit en squelette
La foule des voyeurs, mille pas cadencés
Passe et repasse, anonyme, pressée
Rejeté des vivants, invité des poubelles
J’évite comme un cloporte, de me faire écraser.

J’imagine vos faciès à vos chaussures cirées,
Une attitude commune, la révolte en absence
Surbooké de crédit, hypersurexploité
En grève de conscience, vous vous abandonnez
Dans une honte parfumée, puante, évaporée.

Du fond de la mémoire, l’inconscient interpelle
Au chaud dans votre sperme, ou vos seins emballés
Comme une alarme interne, bien enfouie, en sommeil
Vous zappez mon visage, comme le fruit de la peste
Vous fuyez ma misère, de peur de l’attraper.

Je hurle des caresses, en bravades extérieures
Et bave des confesses, dans mon blues intérieur
Je dégueule ma peine, dans le bleu de mes veines
Et pisse ma colère, comme un chien enragé
Sur les murs ministères, de cabinets branchés.

Laminé, effondré, j’ai mis dans ma détresse
Mon nom en garde à vue, mes racines à l’envers
Dans le feu de l’enfer, trempé de l’ivresse
Des degrés ravageurs, je paresse la mort
À l’abri des remords, en feignasse de cierge.

La nuit est un parcours de loups
Après avoir bouffé vos restes
Et le sourire de Louise, ma Vierge,
Je vais au bastringue de Malou
Là ou les sans rien se repeignent
L’hiver, en soleil rouge et noir
D’espoir, en mouchoir fraternel:
Je me libère
En vers de passes
Comme une vieille pute
Je démaquille ma tristesse
Dans ce rade de flottille
J’écluse l’anonymat de mes rides
Avec des rires de Bastille

Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira...
39

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de RAC
RAC · il y a
Libérer ses états d'âme c'est aussi passer par des tas d'états sans savoir ce que l'Etat pense même s'il faut panser certains états alors qu'on n'est pas toujours en état... Pfff...
Image de Flore
Flore · il y a
Un poème qui ne peut laisser indifférent...et qui demande à être relu.
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Intense, puissant et (malheureusement) très lucide.
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Toute la misère du monde à fleur de trottoir.
Image de Cristo
Cristo · il y a
Un texte en vers libre qui traduit avec intensité ce que ressentent les gens qui vivent au jour le jour dans la rue et qui y dorment nuit après nuit .
Tous mes voeux de sélection

Image de Trebor
Trebor · il y a
Texte d'une grande intensité qui retient l'attention.
Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
Fort et sombre
Image de Philip Kie
Philip Kie · il y a
D'un noir flamboyant.
Image de Pierre PLATON
Pierre PLATON · il y a
Oui, ça ira.... tant bien que mal, tant pis que pas mieux, de rades en trottoirs, la vie est une lutte quotidienne ! Bien dit bien écrit, Daniel
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Un texte décapant ! Bravo !