rochers

il y a
1 min
20
lectures
3

Père, grand père, cheveux blancs, très blancs. Amoureux par dessus tout des rivières, de l'eau qui court, des fleurs des champs et des troupeaux de Sallers et de Charolaises. Adepte des songeries  [+]

Rochers :

Sur les bords des océans, sur les rivages des mers,
Des rochers aux multiples formes
Regardent vers le grand large.
Tentés par les horizons bleutés,
Ils semblent s’avancer vers les vagues.
Mais sans doute ont-ils peur de perdre pied,
Leurs pas, pour cela, sont excessivement lents
On désespère de les voir un jour
Entrer dans ces mers et océans.
Ils font face aux vents, face aux tempêtes,
Toujours hésitants à entreprendre de grand voyages !
Ils nous laissent passer à leur côté,
Soucieux surtout de ne pas bouger
Sans doute pour ne pas nous effrayer !

Il existe dans bien des ailleurs,
Aux détours de grandes terres ou de puissants sommets
D’autres rochers qui reposent
Le dos courbé, l’échine fracassée,
Avec des faciès grimaçants,
Des nez crochus, des mentons en galoches,
Des bouches édentées, des mâchoires frémissantes.
Certains parfois se sont mués en oiseaux
Aux immenses becs rieurs,
Ou en bêtes monstrueuses d’un autre temps,
Leurs pattes griffues solidement prises dans la terre.
D’autres sont percés d’un trou fait pour un œil aux aguets,
Qui doit être chargé de nous surveiller,
A l’affût de nos moindres faiblesses.
Ils seraient alors prêts à nous avaler, à nous engloutir.
Menaces d’horribles martyres !

Rochers ruiniformes, rochers dolomitiques,
Puissants mégalithes,
Rochers en équilibre les uns sur les autres,
Dolmens à l’ombre des châtaigniers,
Menhirs sans peur narguant les ciels :
Ceux du pays Léonard et de l’île de Pâques,
Ceux de Tahiti et des îles Fidji,
Ceux en granite du Haut-Morvan,
Ceux des grandes Causses du Larzac,
Ceux des Mourres de Forcalquier,
Ou des Pénitents des Mées,
Impassibles, ils restent immobiles
Tantôt sauvagement brûlés par des soleils indicibles,
Tantôt implacablement balayés par des vents glacés,
Noirs, blancs ou gris,
Arides ou couverts de mousses,
Se détachant sur des azurs très purs,
Ou tranchant avec prudence sur les ombres du soir,
Immuables, ils nous regardent passer,
Indifférents à nos destinées.
3

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !