Rien ne dure

il y a
1 min
18
lectures
2

Auteur de théâtre, de nouvelles, de poèmes, scénariste cinéma, télévision et publicité, rédacteur presse, j'aime tout ce qui touche de près ou de loin à l'écriture. On dit que l'on est  [+]

Les ondes de ton corps font encore chavirer
Tous les chaluts du port et les nuits fatiguées
Tu regardes l’effort et l’enfer se jeter
Dans l’amer « amor » que tu as tant salée
Tu piétines le sable de prières surannées
Sur un angle de table cerné par la marée

Puisque rien ne dure

Les ombres de ton âme où d’amènes années
Aiment à cerner la femme en sa robe empourprée
Tu regardes l’infâme, famélique, familier
En ses milliers de drames écumant tes rochers
Tout est trésor fatal, faut il être côté ?
Décatie la vestale, allez, c’est plié

Puisque rien ne dure

Le jusant des palabres, pas la peine de crier
Décrit tes seins de marbre jusqu’aux arbres de Judée
Tu fuis les candélabres, tu abhorres tes corsets
Or ce n’est qu’une fable habillant ton reflet
Tu creuses avec tes armes désarmant le sentier
Si mes orages t’alarment alors meurs en premier

Puisque rien ne dure

Les ondes de ton corps ne font plus chavirer
Que les ombres des morts de ces hommes avinés
Tu regardes le phare et l’enfer tout entier
Entachant les amarres de nos ancres dérouillées
Tu piétines le sable des tes os à la craie
Etendue sur la table dévoilant ton secret

Puisque rien ne dure

2
2

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,