1
min

Rêves et réalités ...

Image de Philippe Vlad

Philippe Vlad

113 lectures

4

La vie s’abreuve de nos souffrances en dépit du temps qui nous est imparti ,
Elle s’insinue dans nos écorchures et nos élans de survie .
Le temps , cet agent double entre nous et la vie ,
Sème le trouble sur nos rires forcés et nos rides bannies .
Nos différences ne sont que des nuances que nous nommons « pathologies »,
Des états de conscience qui ne justifient pas le vide infini .
L’amour, l’amour se porte cette saison près du corps et nous étouffe de sa dictature réfléchie .
L’éternelle mécanique de la fuite des ombres qu’on poursuit ,
De la poursuite des ombres qui s’enfuient ,
A érodé l’espoir jusqu'à la mélancolie .
C’est généralement l’hiver de nos solitudes désunies ,
Qu’il quitte l’hôtel en catimini,
Pour s’en aller rejoindre les cieux éteints d’un ange dépravé et bien nourri .
Puis , nous paierons les frais de séjour au prix fort , jusqu'à rendre l’âme avant saisie .
Ici , ailleurs et au delà , je présume , les marchands d’illusions ne se sont pas perdus , simplement, ils ne font plus crédit .
Une conscience , bonne mais en ruine , évalue les risques de blesser l’innocence , victime de cette surenchère pourrie .
Tout ce qui nous restait d’humain tient dans le creux d’une seule main , un instant tendue vers la vie ,
L’autre se refermant de ses doigts avides de sens et d’envie ,
sur la gorge offerte de l’agneau , pour qu’un destin cruel , mais humain , s’en délecte avec ironie .

J’ai rêvé , je le jure , d’être un loup , être humain défroqué hurlant dans la nuit .
Juste un honnête loup , n’ayant que sa meute et cette lutte qui unit ,
La trajectoire brisée de la course de l’animal qui s’enfuit .
Et , tous les sens en éveil , le festin partagé entre congénères de même sursis ,
Je m’en irai rassasié , le sang perlant de mon pelage , rejoindre ma tanière, mon logis .
J’offrirai de ma gueule , le morceau de choix à ma compagne et ses petits .
Saisons après saisons , je sentirai le poids du vent , toujours plus pesant et douloureux , mes loups auront grandi !
Aurai-je le temps de m’apercevoir que notre pelage a blanchi ?
Jour après jour , revenir , revenir éternellement à sa chaleur , puis tout contre elle , rester blotti .

Espérer , espérer , voir naître encore un matin , profiter de chaque seconde , rester en vie ,
Et puis , mourir aux côtés de ma louve chérie .

J’ai vu ma vie défiler , et j’ai prié pour que ce rêve ne soit jamais fini .

A ma louve .
4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Albina Courtitarat
Albina Courtitarat · il y a
j'aime beaucoup vous lire c est tres beaux merci jai eu du plaisir pour vos oeuvres
·
Image de Philippe Vlad
Philippe Vlad · il y a
merci beaucoup
·
Image de M.M.E.
M.M.E. · il y a
Je viens de voter une fois de plus pour l une de vos oeuvres et je tenais une fois de plus a vous exprimer le plaisir que j ai a vous lire!
·
Image de Philippe Vlad
Philippe Vlad · il y a
Merci à vous ;)
·
Image de Verseau Chantal
Verseau Chantal · il y a
Premier commentaire, 2 ème vote pour ce magnifique poème ! j' ai deux textes en finale " né sous plume inconnu et confessionnal " si le cœur t' en dit de voter pour l' un des deux ..... bisous
·
Image de Philippe Vlad
Philippe Vlad · il y a
Merciiiiiiii O Chanchan !!!!! Je file vers tes textes !!!!! bisoussssssssss
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur