RÉSILIENCE

il y a
1 min
2
lectures
0
I–

Depuis il cherche la fleur sapide
Du bonheur dite « La plus jolie. »
Souvent, seul il voltige intrépide
Au pays qui aux épines s'allie.

Jour, nuit, il vole de fleur en fleur ;
Las ! Nulle part il ne l'a trouvée.
La peine nourrit de sa pâleur
Ce brave à la patience éprouvée.

Sans repère et son espoir brisé,
Il se perd sous un ciel sans rosée :
Le jardin de la Mélancolie !
Pareil à l'Humain qui touche lie
Dans sa quête d'élixir prisé,
Combien son rêve est une folie
Que ses larmes auront arrosée !


II–

Diantre ! Misère ! maudit le sort !
Ainsi vient sonnant l'écho : « Va ! Ose ! »
Tel après nuit le soleil ressort,
Son ardeur renaît du temps morose.

D'âme enhardie il poursuit sa route
Pour la précieuse au faste divin.
L'espérance dissipant les doutes ;
Se dit-il : aujourd'hui ou demain,
Le lendemain ou le jour d'après,
Du fin nectar je m'enivrerai.

Nature faisant, plus tôt que tard...
Que voit-il là ? Des myrtils hilares.
Entre herbes et du jaune épars
Se distingue une fleur bien diaprée,
Qui resplendit au beau cœur du pré ;
Les myrtils dardent le fin nectar.

Eurêka ! S'arrête son chemin ;
Le périple n'a pas été vain.


III–

« Après la pluie, le beau temps » dit-on,
Dans l'insuccès il faut rester fort ;
Et le bonheur vaut bien le dicton :
« Le triomphe est au bout de l'effort. »

Belle fleur en lointain pré nichée,
Sans pareil est ton parfum si doux.

Béni qui accomplit l'odyssée !
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !