requiem fantaisiste

il y a
1 min
28
lectures
5

Charles Dubruel grand-père, passionné de littérature et particulièrement de Maupassant  [+]

Bien née,
Comtesse fortunée,
Veuve, libido
À zéro,
Nadège, ma grand-mère
M’était très chère.
Elle habitait un vieux manoir
Sans baignoire
Ni frigidaire.

Ayant toute sa vie comblé son diocèse
D’importants dons pécuniaires,
L’évêque, honneur suprême,
La nomma Chanoinesse
Du saint sépulcre de Jérusalem
Et détacha d’une abbaye voisine,
Une vieille religieuse
Un peu bébête mais très pieuse,
Pour faire, au château, la cuisine,
Le ménage, conduire Le cabriolet
De Madame, et co-réciter le chapelet.

Hélas,
L’épouse de Jésus, lasse
D’avoir toujours tout à faire
-Un véritable calvaire-
Ne tint pas le coup
Et se mit à boire
Tous les soirs
Coups sur coups.

Ma grand-mère,
Outrée de ne plus être servie
Aussi bien que naguère,
Noya sa bile dans l’eau-de-vie.

Un jour, la nonne, exténuée,
S’est endormie au volant.
L’auto percuta un cèdre du Liban.
Ses deux occupantes furent tuées.

Au ciel, leur nouvelle résidence,
Dieu profita de leurs compétences :
La chanoinesse
Trôna derrière la caisse
De l’Eden-bar
Où la nonne servait les pochards.
5

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !