Étudiante pour l'obtention d'un Brevet des Métiers d'Art en Reliure et Dorure. Travaille dans un fast-food pour payer mes études. Écrivaine par passion  [+]

Ce que la solitude conduit, la vie l'ignore,
Sans doute car elle est incolore,
Ce que l'ennui détruit, ma vie l'honore.
Du point de départ, je repense à mes efforts
Pour garder la tête sur les épaules,
Du point de rupture je suis guillotinée,
A l'ombre d'un saule.
J'imagine des pièces entières,
De l'exposition à la stèle funéraire,
Probablement que je répète ce que d'autres ont dit puisque rien ne se perd.
Sur la terre je suis du côté obvers
En attendant que la médaille ne me balance son revers.
Il nous reste des tonnes d'heures à vivre
Mais pour l'instant des trombes d'eau tombent dehors,
Même la météo décline sous les efforts de la souffrance,
Depuis l'espace, elle la cartouche de météore.
Si tout est en chute libre, le serons nous aussi ?
Si les entités s'effondrent, nous les suivrons à l'agonie.
Si les éléments se braquent contre les hommes,
Si je craque sous le poids de la peine,
Le temps rappellera-t-il son cerbère,
Me rendra-t-il mes moments de haine
Où j'ai prié mon affliction pour qu'elle ne devienne plus ma reine.
Je suis encore assez naïve pour vouloir contourner le mauvais temps,
Mais comme il est fécond, finalement, je l'attends en position lascive,
Je suis nocive dans ce décor de déraison.
Je l'avoue, de ce grand dieu, je me fais parèdre,
Et tandis que je trébuche sur les gardes fous,
Je tombe dans ses méandres.
La mort des arbres enrichie la terre,
Peut être que nos cadavres soigneront l'univers.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !