Renaissance

il y a
1 min
12
lectures
0
Au tréfonds de mon cœur s'est éteint ce transport
Mon âme dans ses pleurs n'aspire plus encor
De sa sapidité, déguster l'amertume
Qui de jour en jour m'obnubile et me consume.

Plus rien ne m'envoûte, plus rien ne m'influence
Mes années si comblées d'enfers et de souffrances
Dans les geôles d'un amour impur et ingrat
Me laissent désirer hélas un prompt trépas.

Je l'ai vu avec un sourire à côté
De moi. Et je lui ai pleinement souhaité
La bienvenue. Alors qu'il peut briser la chaîne
Et aussi me délier de la lourde peine.

Mais la voix musicale de la dulcinée
A susurré : " Si tu me veux ta destinée
Tiens bien à la vie, et continue à espérer
Sois patient, j'arrive pour te libérer.

Oui ma dulcinée, je serai très patient
Mon cœur sera ferme, valeureux et vaillant
Avec toi, ma vie, ne sera plus languissante
Mais plutôt béate, épanouie, apaisante...
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !