1
min

Remue-ménage

Image de Joel Talbourdet

Joel Talbourdet

3 lectures

0

Nous regardions avec tendresse les remue-ménage de la nature
En ces lieux où l'eau partout est chez elle et est la souveraine
Où les biefs se succèdent, où le vert est l'unique couleur
Où même le coeur des hommes est vert comme l'est une feuille

Nous aimions ces forêts, nous aimions ce canal qui dormait
Au milieu d'une forêt d'entrelacements les plus divers
Les plus étranges, les plus purs, les plus verts
Où genêts, clématites, églantiers et ronciers se mêlaient

Le soleil pâlissait à travers les branchages et je la voyais
Heureuse, je crois, guettant le moindre chant d'oiseau
Et le reprenant, reprenant tous les chants de cette terre
Les reprenant encore, si belle en ce lieu de mystères

Le soleil se cachait, le soleil se taisait et moi j'attendais
Qu'il nous revînt pour servir de guide à ces deux Robinson
Qui jouaient à se perdre en s'écorchant aux buissons
Qui jouaient à se perdre avant de se perdre vraiment.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,