1
min

Régine

Image de Agnès A. Gudet

Agnès A. Gudet

5 lectures

0

Mon sang s'est figé, ma tête a dévissé
La bile a envahi ma bouche suffoquée
Ils ont dit, on a tout essayé, désolés
On ne peut plus rien pour elle, il faut débrancher

J'ai senti le souffle tranchant de sa lame
Le sol s'ouvrir sous mes pieds, mon cœur emporté
La faucheuse s'est dressée au cœur du drame
Elle l'a regardée, et sa peur m'a pétrifiée

Elle, enfermée dans sa vie sans liberté
Le corps en guerre, l'esprit sous contrôle
Immobile dans la souffrance habitée
Figée à l'idée de la mort qui la frôle

Tout m'échappe, ma raison vrille et se casse
La tension monte, s'avance l'heure fatidique
La faucheuse a porté son ombre dans l'espace
Elle a compris dans un éclair de panique...

Plus de choix, plus rien à faire pour la sauver
J’ai senti son cri bâillonné me traverser
J’aurais voulu libérer sa voix, tout ôter
Juste un instant l'entendre vivre, lui parler

Mais la mort s'est avancée, inexorable
Sur son vaisseau fantôme, elle a accosté
L'a enlevée, laissant son corps sur la table
Et en moi, un vide immense s'est installé
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,