"Les mots sont les passants mystérieux de l'âme" (Victor Hugo).

Bateau à voile
Qui glisse sur le vague
A la rive sèche
D’un matin.

Le vent tangue
Dans tes voilures usées
Cap sur l’ailleurs.
Tu perds le nord
Mais dis « encore ».

Les secondes s’éternisent
Vite, si vite
Debout près du pont
De tes pensées.
Respire !

Le soleil frôle le ponton
De l’horizon.
Les années nuageuses
S’assombrissent
Au sillage
Un sillon dans tes yeux.

Amarré à ta vie
Tu mets les voiles...
2

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Philippe Kireeff
Philippe Kireeff · il y a
Les voiles sont rapiécées... peaux de chagrin...mais les coquilles de noix flottent toujours.
C'est un très beau poème, je l'avais lu...pas commenté ? Pfffou !
Bises.

Vous aimerez aussi !