Quelques mots pour nous deux...

il y a
3 min
162
lectures
13
Encore un anniversaire où je n'ai même pas pu venir t'embrasser, alors que nous ne sommes qu'à quelques minutes l'une de l'autre. Je trouve ça douloureux et même très cruel.
Avant que tu ne partes vivre chez eux, je n'ai jamais oublié de te rendre visite pour te le souhaiter.
Mais, enfin, après de longs et pénibles débats (que je préfère m'abstenir de développer ici)
- en ce dimanche 02 février, alors que je n'y croyais plus, j'ai eu la joie de venir t'embrasser. Rien ne m'a rendue plus heureuse !
Maman je t'aime très fort !
--------------------
J'apprends que tu es très malade, nous sommes le 18 mars 2020, je vais finir par haïr le mois de mars.
J'aimerais tellement t'embrasser, juste envie de pleurer...
Une tendre pensée aussi pour notre Isabelle, notre doux papillon envolé bien trop tôt, un an déjà...
------------------
J'ai pu enfin venir une nouvelle fois t'embrasser ce 02 avril, j'en ai été bien sûr tellement heureuse mais c'est si difficile de te voir tant souffrir et je me sens si impuissante...
En plus, nous sommes confinés à cause de ce satané virus, je ne sais pas quand je pourrai revenir car il faut éviter les contacts avec les personnes fragiles.
Je t'aime très fort maman. A très bientôt, j'espère.
--------------------
Il paraît que l'on est de nouveau libre de circuler alors ils me permettent de te rendre visite ce samedi 30 mai.
Mais je n'ai pas pu t'embrasser ni te prendre dans mes bras. Les infirmières qui viennent maintenant à leur domicile ont dit de se tenir à distance, au bout du lit où tu restes à présent toujours couchée.
J'ai le cœur bien lourd...de surtout ne pouvoir aider à soulager tes souffrances.
Je t'aime fort maman, tu me manques chaque jour énormément.
-----------------------
Le 7 juin 2020
Ma petite maman,
J'ai pu venir te rendre visite en ce jour de la fête des mères, et bien sûr je suis toujours heureuse quand je peux te voir mais j'aimerais tellement pouvoir faire plus pour te montrer combien je t'aime.
J'aimerais pouvoir te prendre encore et encore dans mes bras et te câliner un peu, beaucoup.
Je me sens si impuissante et démunie face à tes souffrances.
Tu me manques chaque jour un peu plus. J'aurais tellement aimé pouvoir m'occuper un peu plus de toi et ça me détruit, chaque jour, chaque nuit qui passe, de culpabilité, de regrets, de chagrin.
Je n'ai que ma page pour pouvoir un peu le "crier". Poser quelques mots ici ou là pour essayer de ne pas sombrer. Les nuits sont bien longues, parsemées d'insomnie et d'idées noires...
Je t'aime.
Une pensée très tendre aussi pour notre Isabelle et ses 3 merveilleux enfants, en cette journée des mamans.
-----------------------
26 juin 2020
Aucune nouvelle de toi, je suis fatiguée de devoir mendier le droit d'en avoir...
Tu me manques tellement, je n'ai pas le courage d'écrire tout ce qui me ronge...
Je t'embrasse, je t'aime maman.
--------------------
Juillet 2020
Je vais partir quelques jours en vacances avec mon époux, on en a tellement besoin, particulièrement cette année, avant de reprendre notre boulot, très difficile pour nous deux dans ce contexte sanitaire si particulier. Je leur écris pour leur dire car je ne peux m'empêcher de penser que tu pourrais nous quitter d'un jour à l'autre, et malgré ma joie de prendre quelques jours de congés, j'ai peur de ne pas te revoir...
J'espèrais secrètement qu'ils me proposent  de venir te rendre visite avant mon départ ou à mon retour, naïvement...
Ils me disent que tu vas bien, ça me rassure un peu mais au fond de moi j'imagine tes souffrances...J'ai prié pour toi dans chaque petite chapelle ou église visitée. Je pense à toi chaque jour. Je t'aime maman.

Je suis rentrée, je n'ose pas les déranger. La dernière fois qu'ils m'ont laissé venir je leur ai dit que je les laissais tranquilles (car je sens tellement que je ne suis pas la bienvenue chez eux) et je leur ai demandé à nouveau de simplement m'avertir si un jour tu venais à être hospitalisée pour que je puisse te rendre visite et prendre de tes nouvelles. Je n'aurais jamais pensé qu'ils ne le feraient pas cette fois ci...

                                 ********
Août 2020
Tu es décédée à l'hôpital où tu étais admise depuis une semaine, j'aurais pu venir librement  t'y embrasser (une infirmière m'a confirmé que j'aurais pu te rendre visite, malgré le contexte sanitaire actuel). 
C'était si important pour moi de pouvoir encore te sourire, caresser doucement ton visage, plonger mes yeux dans ton regard, partager un moment d'intimité, en tête-à-tête comme autrefois, avant qu'il ne soit trop tard. Je ne comprends pas qu'ils ne m'aient même pas avertie, ou plutôt si, je devine malheureusement pourquoi,et je n'ai pas de mots.
Comme m'a dit une amie : maintenant je vais pouvoir aller te voir au cimetière aussi souvent que je le voudrai. Quelle triste consolation ma petite maman.

J'aurais beaucoup de choses à écrire... peut-être quand j'en aurai l'énergie, j'en retrouverai le besoin et l'envie...

Repose en paix à présent, tu l'as tellement mérité. 
Mon deuil de toi je l'avais déjà fait en quelque sorte depuis que je ne pouvais plus te voir librement. Et puis c'est un soulagement de savoir qu'enfin tu ne souffres plus. Me reste cet immense chagrin d'avoir été privée de ta présence depuis que tu vivais chez eux. Je ne sais pas si je pourrai leur pardonner un jour...


  Repose en paix, veille sur nous. Tu seras partout là où je serai. Je t'embrasse tendrement.
A bientôt ma petite maman adorée.
Je t'aime fort fort.
13

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard  Commentaire de l'auteur · il y a
Ce texte ne demande aucun commentaire. Merci de ne pas en écrire... car c'est juste en quelque sorte une thérapie, pour essayer de poser quelques mots sur mes tourments, au milieu de mes insomnies.
Une façon de rester aussi à ses côtés chaque jour qui passe...
Merci de votre compréhension.

Vous aimerez aussi !