1
min

Quarante-cinq tours

Image de Azouma

Azouma

10 lectures

2

Le son grésille un peu sous le poids des années.
La voix n’a pas changé, elle est même plus belle.
Un accord, et puis deux... ça y est, je me rappelle !
La mélodie devance un refrain qui renaît.
 
En do majeur résonne un mot d’un bel écho,
Les rimes d’autrefois sont adoucies de charme.
Ma mémoire abîmée ne retient pas ses larmes,
Cet air a traversé les âges et les os.
 
La musique est mouvante, enchainant dans ses temps
Un peu de poésie sublimée dans l’élan,
La mer élance ainsi son parfum de velours.
 
Un silence et la fin, il ne reste plus rien.
Les paroles s’en vont, un souvenir revient,
La mer a chaviré en quarante-cinq tours.
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Artvic
Artvic · il y a
Quel est donc cet air de musique !
Aussi beau que votre poème

·
Image de Azouma
Azouma · il y a
Merci beaucoup. Il s’agit de La Mer de Charles Trenet. Elle est pour moi très empreinte de nostalgie. Merci encore !
·
Image de Artvic
Artvic · il y a
Je te remercie, je vais l'écouter
·
Image de Terreville
Terreville · il y a
Très joli !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur