1
min

Quand Dieu fait tomber l’Homme chez ses pairs

Image de Yss270

Yss270

2 lectures

0

la flamme du cierge vacille comme la foi du croyant,
entre confiance aveugle, et aveuglement.
Soulagé de tomber sur le chemin des vivants,
de trépasser demain de la vie d’antan.

le monde est une amusante ironie,
les éternels passifs d’aujourd’hui
étaient les vivants d’hier,
Mais Dieu est cynique, quand l’Homme est fier.
Car nous sommes nés - condamnés aux cendres primaires.

Mais Dieu que je me sens seul,
Quand sur mes pairs tu poses le linceul,
Mon visage s’effondre de ses pores,
Ô ciel, apporte nous des lendemains d’aurore.

Puisse le sang bouillonner sans horreur,
d’une excitation devenue lueur.
Que le sourire s’étende face à la dernière heure,
avant l’ultime départ, avant qu’à mon tour je meure.

Mes larmes trop nombreuses, sont devenues mer,
le coeur se meure débarrassé de vie, c’est un précoce hiver.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,