Prière à la veillée

il y a
1 min
539
lectures
4
Qualifié
Si j’ai trop soif de signes absents,
Si les jours comptent à l’innocent,
Nous les trouverons sur l’autre rive.
La vie partage en âme sœur,
En sprint gagné sur l’autre peur,
En sachant que le cœur arrive.

Amen

Le jour s’écrase en terrain vide.
La ville acquiert une autre ride.
Merci pour tout. Merci pour rien.
Dans les hauteurs, le ciel patine.
Il nous écrase et le monde s’incline ;
Réchauffons-nous au creux de ses seins !

Amen

C’est la nuance des yeux clos.
C’est la couleur de ces drapeaux
Qui flottent sur notre ignorance.
Elle nous aspire vers d’autres ponts
Que ceux visibles à l’horizon.
Aller-retour vers l’espérance.

Amen

Le péché de la solitude
Est une marque de lassitude
Dans cette atmosphère de caserne.
Alors le rire a cet effet
De nous consoler d’amitié
Pour nous mettre la vie en berne.

Amen

Puis nos cœurs s’échauffent d’amitié
Et s’évanouissent pour mieux rêver.
Quel doux chant que la déraison !
Les vagues emportent avec elles
La vétusté de nos querelles,
De nos peurs et de nos passions.

Amen

L’air se fait lourd ; le corps aussi
Devient prisonnier de cette nuit
Et du fruit de ses entrailles.
La chasse bientôt sera sonnée.
Les chiens n’attendent que la curée
Pour qu’enfin nos rêves s’entaillent.

Amen

Comme si elle ruinait sur nos javas,
La putain respectée se gaussera,
Ses bas de soie au bas niveau.
Marie salope, Marie je t’aime,
Hallelujah mes frères, ce sont toutes les mêmes.
Nous n’aurons jamais assez de mots.

Amen

Le sang ne danse qu’une valse de rien,
Ne pense qu’à se faire du bien ;
Un crachas n’est jamais de trop.
Alors le temps prendra son temps.
La pénitence viendra à temps ;
Mieux vaut tard que beaucoup trop tôt.

Amen

Pari gagné pour se distraire,
L’atterrissage est un mystère.
Combien d’envie ? De soumission ?
Le corps blessé ne répond plus
Et nos amours sont à la rue
A vendre pour pas un rond.

Amen

Nos yeux s’emplissent d’une autre ville.
Nos larmes sèchent au bout des cils.
La nuit reviendra par défaut.
Le cœur boite comme un infirme,
Mais la raison en soi s’affirme.
Elle saura nous dire ce qu’il faut.

Amen

Notre Père qui n’a rien demandé,
Je vous salue si vous croyez
A ces éphémères nocturnes.
Le jour se fait plus amical.
Combien de cœurs sont de bancal ?
Je m’en remets à Saturne.

Amen

4

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Maribel Bermejo Ballesteros
Maribel Bermejo Ballesteros · il y a
J,adore Theophile. Voté

Vous aimerez aussi !