Premières envolées du joli mois de Mai

il y a
1 min
26
lectures
4

Comme un filon, la veine poétique s'est ouverte un jour, puits ou pluie d'inspiration ! C'est magique ! Je préfère dire c'est Divin ! parce que le Divin s'est révélé à moi (alors que j'étais  [+]

La guerre est facile.
Elle est à la portée même des petits-enfants,
Comme le mensonge et faire-semblant.
La paix se conquiert, est une lutte
comme aussi l'amour. Ce monde est ainsi (dé)fait.

L'âme court en surface, surfe sur la toile de nos jours ;
L'esprit souffle des hauteurs jusque dans les profondeurs.

Heureux celui/celle qui se sent étranger sur la Terre,
Comme étant dans un pays mal connu et peu connaissable,
Avec sa langue difficile à suivre, ses lois et traditions
Qui imposent leurs jugements comme indiscutables
Et aussi évolués qu'ils puissent être.

Magenta - Jaune - Cyan :
Il en est de Dieu dans ce monde
Comme des couleurs primaires dans un paysage :
On peut ne jamais les voir alors que pourtant
Tout les montre.

"On ne voit bien qu'avec le cœur" est-on heureux en général d'entendre !
Mais le cœur souvent est en otage
De tant de pensées-écran
Qui nous enfument,
Qui empêchent, qui voilent au bon regard de la conscience
Les essentiels que ne peuvent apercevoir les deux yeux de notre chair.

Quand on fait passer Dieu de l'autre côté de l'horizon de notre conscience,
Ô ce n'est pas qu'il meurt ! Ce n'est même pas qu'il se couche
Pas plus que le soleil ! C'est qu'on s'impose
Ici noirceurs et obscurités.
Il ne nous reste plus alors
Pour nous éclairer que quelques lampes
De poche, sorties du fonds roublard du pauvre XVIIIe !

Entre Spinoza le juif errant et le rabbin judaïque,
Entre Diderot l'encyclopédiste et toutes les religions,
Dans les vallées ou les montagnes de nos voies particulières,
Dans la jungle des villes ou des pauvres hagards se trouve, potentiel
Et en filigrane le chemin le plus praticable, frayé au prix d'épines enfoncées dans la tête,
De crachats,
D'injures,
De viles moqueries,
De coups de fouets lacérant un dos dénudé,
De clous qui immobilisent cet étonnant brigand
Qui meurt pour avoir dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie.

Il en coûte toujours de dire la vérité, dans ce monde.


ALGDDV

4

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,