Pourvu qu'il y ait du bleu

il y a
1 min
519
lectures
118
Qualifié

" Ecrire, c'est une respiration " (Julien Green) "Ecrire, c'est se taire. C'est hurler sans bruit." ( Marguerite Duras) "Cette histoire est vraie puisque je l'ai inventée." ( Boris Vian )  [+]

Image de Été 2020

Il divaguait grand large, le gars à Pôle Emploi,
Mais pensait petit bras.
N’était pas ambitieux, on a l’espoir qu’on peut

Se serrer la ceinture, ça sclérose l’esprit

Se rêvait éclusier, voir passer les bateaux
Qui voguent d’Atlantique jusqu’à l’étang de Thau.

Type contemplatif, pas l’âme aventurière,
Ni d’envies milliardaires. Ne voulait que du bleu.

Les îles Sous-le-vent caressées d’alizés,
Même les Vahinés, s’en fichait bien un peu

Mais normal de rêver lorsqu’on a tant erré
Toujours dans le pétrin, l’horizon étriqué.

On a le vague à l’âme et le ciel broie du noir
Quand on aspire au bleu en penseur songe-creux

Et pouvoir s’enivrer de vent et des embruns,
Ouvrir grand les fenêtres sur des immensités,
Des odeurs iodées et de bois de santal,
Des épices indiennes, des lianes de vanille…

Lui rêvait du secteur Montpellier voire Honfleur.
Un ailleurs petit prix, une empreinte carbone
Bilan très économe.

Il peignait son canal façon carte postale
Image d’Épinal, sieste et chapeau de paille,
Les orteils au soleil sous le ciel Majorelle,
Vite, il mettait les voiles pour gagner son étoile…

Horizon de lumière nuancé de cobalt
Empyrée de bien-être, au grand air… solitaire.

Ses Tahiti à lui, Moorea, Manihi,
C’était tout désigné, le canal du Midi.

Pourvu qu’il y ait du bleu…

Pauvre marin terrien, les deux pieds dans la glaise
Des idées tête-en-l’air, billevesées, fadaises…

— On a pensé à toi,
— Grand merci, Pôle Emploi !
— Assistant funéraire. On a besoin de bras.

Dans les Pompes funèbres, il œuvre désormais,
Le rêveur de grand air respire mortuaire

Il ouvre les écluses aux âmes vagabondes
Qui délaissent le port, libres de toute amarre
Et puis virent de bord, prenant un nouveau cap,
Pour l’autre rive embarquent.

Le cœur à marée basse, le gars de Pôle Emploi 
Leur désigne la voie qui mène à l’au-delà,
Une eau au calme plat

Pas besoin d’eau-de-vie, d’ambroisie, ni de miel
Pour animer les lieux.
Terminus mortes eaux, accès Jardin d’Eden
Forcément couleur ciel.

118

Un petit mot pour l'auteur ? 176 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de de l air
de l air · il y a
Ou quand, à pôle emploi, un stylo devient un grand mât... De la belle poésie
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Merci de votre lecture, je suis heureuse que mes mots vous aient interpellé .
Image de Cyrille Conte
Cyrille Conte · il y a
Bravo pour ce poème qui mène droit au ciel.
Je vous invite à une lecture pour la finale de "dépaysement" : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/une-promesse-d-evasion
Au plaisir de vous lire.

Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Merci, Cyrille ...
Image de ALYAE B.S
ALYAE B.S · il y a
Waw c'est trop bien exprimé. Je vous invite à découvrir la face cachée de l'Isère qui est en finale.
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Merci, Alyae.
Image de Chris B
Chris B · il y a
Inatendu et traité poétiquement. Tout un univers. J aime beaucoup votre passeur rêveur.
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
C'est très aimable , je vous remercie !
Image de Petite Hirondelle
Petite Hirondelle · il y a
Bravo ! C'est très beau
Je vous invite à passer lire mes textes.

Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Merci de votre lecture !
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Quels voyages, Eva... Pas pour le pauvre gars qui ploie à Pôle Emploi, mais pour le lecteur qui, le veinard, se promène d'iles en iles et de ports en ports à l'abri des grands vents, des tempêtes et des embruns qui lui dessècheraient la peau...
"Assistant funéraire"...
Après la mer, œuvrerez aux suaires !
Rompez !

:o)
PS : j'aime bien tout ce travail sur les sonorités...

Image de de l air
de l air · il y a
Merci Zut c'est très beau !
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
aux suaires , ossuaires... Je ne tiens pas à y oeuvrer, mais il paraît qu'on ne peut y échapper . C'est un sens obligatoire ...
Merci, Zutalor !

Image de Ahahah
Ahahah · il y a
Un texte très réussi mais on peut mettre en scène exactement le contraire car le "bleu" on peut le porter en soi. D'abord en l'ignorant et ensuite en le sachant. C'est ce que j'ai essayé de rendre dans "Fleur" et comme le dit Verlaine :" La vie humble aux travaux ennuyeux et faciles est une oeuvre de choix qui veut beaucoup d'amour." La beauté, en somme, n'est jamais dans le travail mais dans la personne.
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
j'approuve votre réflexion , c'est d'ailleurs un fait dont on a pris conscience récemment en reconnaissant le travail des soignants, mais aussi des éboueurs et de tous ces gens qu'on a tendance à ne pas voir, ou même à mépriser parfois .
Je vous remercie très sincèrement pour votre lecture et la justesse de votre commentaire.
( j'ai commencé à lire Fleur; oui, je vois les points communs avec mon personnage )

Image de Zouzou Zouzou
Zouzou Zouzou · il y a
Entre rêve et réalité...quelle triste vie !
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Le quotidien de beaucoup... merci, Zouzou !
Image de Christian Pluche
Christian Pluche · il y a
Bravo Eva, un régal !
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Ravie de vous avoir régalé !
Image de Gaby S
Gaby S · il y a
Le passage du styx est cette fois affluent d'amour à ciel ouvert au bleu majorelle...c'est très beau Eva...
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Merci pour ce commentaire très sympathique, Gaby :))

Vous aimerez aussi !