Poème de l’absurde

il y a
1 min
189
lectures
19
Qualifié
C’était le matin du soir,
De ce jour où nait l’espoir,
Dans votre chariot fait de plumes,
Que vous êtes revenus de la lune,
Qui en était à son quartier.
Alors que vous veniez vers la jetée,
La belle marchande à la criée,
Vous a jeté de son ciré,
Sa plus belle toile d’araignée,
En éclats de soie éparpillée.
Mariez-les ! Monsieur le maire,
Ces deux là, font bien la paire.
Dame, hélas, ils me rendent lasse,
Alors faites place sur cette place.
Que la tablée soit enjouée,
Que rires fusent et billevesées.
Amis de l’ennui, partez, fuyez,
Amis de l’amour, venez, restez.
Frappez sur tous vos tambours,
Qui résonnent en troubadours.
Et sonnez les trompettes,
Votre cœur est à la fête.
C’était le matin du soir,
De ce jour où nait l’espoir,
Dans votre chariot fait de plumes,
Que vous êtes revenus de la lune.
19

Un petit mot pour l'auteur ? 4 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Hannaelle Cherbau
Hannaelle Cherbau · il y a
Moi, j'aime me promener en Absurdie... Alors, merci pour cette balade plumaire
Image de Yannick Allaert
Yannick Allaert · il y a
Merci pour votre message. L'Absurdie est un territoire bien vaste pour celui qui sait s'y perdre avec pour seul guide, son imaginaire débridé… belles promenades internes.
Image de Eric H
Eric H · il y a
Il n'est sûrement absurde d'écrire comme cela pour réveiller nos yeux d'enfants enchâssés mais endormis dans nos crânes d'adultes. J'ai apprécié ces ouvertures dans l'écriture.
Merci.

Image de Yannick Allaert
Yannick Allaert · il y a
un grand merci, c'est vrai que ce texte ne trouve pas son public, mais c'est un de mes préférés! :)

Vous aimerez aussi !