1
min

Poème à ma mère

16 lectures

0

Le vent du désert et les quelques nuages gris

Me ramènent, calme, à l’air de Normandie

Dans un souffle d’enfance simple et pleine de sens

Ce que je dois à celle qui m’a donnée naissance


Une mère souvent tranquille

Qui sait être corne de brume ou bien phare

A peine agitée dans les courants difficiles

Parfois émue de nous voir larguer les amarres


Une mère au foyer pendant des années

Qui, par le temps et la distance est devenue connectée

Aujourd’hui ce logis elle l’anime virtuellement

On le sait d’autant plus dispo et accueillant


Au quotidien, dans la maison familiale

Elle se dédie aux cinq enfants devenus grands

Attendant des nouvelles, un prochain retour au bercail

Elle envoie des sourires au travers d’un écran


Mais être le parent bienveillant de ceux-là

Est bien loin de borner ses multiples dimensions

Épouse, sœur et amie, elle cumule les mandats

Et bricole, écoute, et marche au son du violon


La soixantaine ne vient non pas pour tout stopper

Mais en sagesse et en soutien, davantage donner

Dans un jardin fleuri, dans un esprit de fête

Après s’être accomplie, apprécier d’être complète


Elle offre à sa fille ce cadeau, cette chance

D’avoir un modèle de courage et de confiance

Un exemple de femme, bien au delà de la mère

Qui m’élève, toujours plus haut, j’apprends à en être fière
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,