1
min

Piroguier de l'ogooue

8 lectures

0

Piroguier du fleuve aux mille tourments
Tu as pagayé en vain
Sous un soleil de plomb

Piroguier du fleuve aux mille tourments
Il se nomme Ogooué
T’as éveillé aux mystères du temps

Piroguier du fleuve aux mille tourments
Aux méandres sinueux eau turbide
Ton reflet piégé aux turbidités du néant

Piroguier du fleuve aux mille tourments
Tu as pagayé en pensant
Fort à tes doux enfants

Piroguier du fleuve aux mille tourments
Aux crocodiles ruisselants
Aux palétuviers suçant
L’eau comme le moustique ton sang

Piroguier du fleuve aux mille tourments
Tsé tsé se cache derrière
L’arbre voyageur
Pour une dernière goutte de sang

Piroguier du fleuve aux mille tourments
Tu as pagayé ta vie durant
Eh te voilà dans les méandres
Aux sinuosités d’un caïman

Piroguier du fleuve aux mille tourments
Ton corps fut il raide
Comme ces bois d’ébene flottants
A la surface de ce lit funèbre dérivant

Piroguier du fleuve aux mille tourments
Ne connaitra tu jamais le sourire
Juvénile de ta lignée
Sauras tus les protéger
Seras tu le totem tutélaire
Protecteur des fusils nocturnes
et des raillements diurnes

Piroguier du fleuve aux mille tourments
Sais tu que coucou a versé
Des larmes de crocodiles
L’Ogooué est en crue
Sort de son lit de tourments

Piroguier du fleuve aux mille tourments
As tu vu les danseurs dans la clairière
Le rouge et le noir du Bwiti
Eclaire les âmes vils qu’ils pourfendent

Piroguier du fleuve aux mille tourments
La forêt t’a t’elle contée l’Histoire
Les premiers tressaillements ab ovo
D’ou jaillit la vie ex nihilo

Piroguier du fleuve aux mille tourments
Anyambie ta pirogue dérive
Ivre dans d’impétueux torrents
Comme ces barques sans voiles
Demeures des âmes voguant

Piroguier du fleuve aux mille tourments
Au mutisme agaçant ô fleuve
Dévoile les pages que les arbres
Sussurent à l’ oreille du vent
Qu’une nuée d’étoiles
Révèlent au couchant

Piroguier du fleuve aux mille tourments
A we re vôvô nous ne t’oublions et écoutons
Du haut de la canopée le murmure
D’un oiseau chantant Oling’ola

Piroguier du fleuve aux mille tourments
Nyomba ye nkenda et icango
L’oiseau ne chante guère plus
Il sifflote dans nos cœurs éteints
Lumière du lointain
Nous te disons Nkolo mbya....

0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,