Phénix

il y a
1 min
42
lectures
2

Je serai brève, promis ! Tu es le-a bienvenu-e ici même si, je te l'avoue, tu ne trouveras pas grand-chose de gai dans mon bric-à-brac... N'hésite pas à laisser un commentaire derrière toi  [+]

Assise sur son lit, Aube regarde la fenêtre ouverte qui, elle le sait, la mènera à sa perte.
Elle sent dans son cœur l'oiseau prendre son envol.
Sans doute ont-ils raison, tous ceux qui la dise folle.
Dans la chambre du second, elle entend susurrer son nom.

« Aube, Aube, douce Aube, viens, rejoins-moi. N'attend pas que l'on te l'offre, prends ta liberté. Retrouve la paix. N'est-ce pas ce que tu désirais ?
-C'est le silence et le calme, la fin de la colère et des larmes que je souhaite : l'Enfer est dans ma tête. »

L'oiseau a quitté le papier peint pour découvrir l’ailleurs, dans l'espoir d'y trouver un monde meilleur.

Elle avance d'un pas et sent s'évanouir le poids qui pèse sur elle.
La peur qui la retenait l'a libéré de son fiel.
Légère et paisible, elle prend son essor mais elle n'a pas d'ailes la douce colombe :
elle croit se précipiter droit dans sa tombe.

C'est un buisson touffu qui accueillit sa chute.
2904, Avenue des Tilleuls, le drame évité de peu, la laisse frissonnante mais brûlante d'un nouveau feu.
Aube se redresse et remercie les cieux d'avoir apaisé le tumulte.

Aube renée de ses joues à jamais chasse les perles de rosée.

2

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !