Petite fille prédestinée

il y a
2 min
468
lectures
274
Finaliste
Jury

Grande fan de Harry Potter et de Camus... comme quoi, on peut aimer des livres radicalement différents ! Quand j'écris, j'ai tendance à privilégier la qualité de la langue à l'histoire en  [+]

Image de 2018
Image de Poèmes
Petite fille sage et bien élevée
Au destin par ses parents déjà tracé
Avait tout pour être comblée.


La fortune abondante, les achats par milliers
Les pièces sonnantes et leur éclat doré
Dans les grands magasins des journées entières passées
Puis rentrer, les bras chargés de paquets pailletés
Trop éreintée pour pouvoir les déballer.

Les innombrables soirées et dîners
Coincée entre deux inconnus de grande renommée
Des flots de mots hautins, faux-semblants, préjugés,
Eclats de rire feints et médités
Résonnent comme le tintement des couverts dorés.
Le défilé incessant des plats démesurés
Chacun goûte à peine, l’ensemble est jeté
Alors dans les bulles elle finit par s’oublier.

Les résidences privées, les hôtels particuliers
Visites organisées, buffets à volonté et cocktails d’été
Seule sur son lit à fixer les plafonds lustrés
Contre cette langueur, elle tente de lutter.

Toujours première, ses résultats sont acclamés
Par ses parents débordants de fierté.
Récompensée par de somptueuses robes satinées
Pour les bals, rencontres avec de nobles cavaliers
Qui toute la nuit la font valser.


Un séjour en Inde, dans un temple nacré
Les effluves des parfums d’ailleurs et le thé
Par de dociles serveurs doucement versé
Grands voiles de soie et lumière tamisée.

Et puis... une pensée fugitive, une idée...
Un espoir de fuite, loin de ce cocon cloîtré
L'effervescence de la ville, les voitures au rythme endiablé
Les huées des marchands dans les rues bondées
On court, on crie, on s’engueule, on en rit
C’est en est trop ; hauts-le-cœur et nausées
Petite fille veut rentrer, retrouver le calme, l’ordre, la sûreté.
Soudain par une main décharnée
Sa douce robe de velours est agrippée
Juste une pièce, la supplient des lèvres gercées
Mais devant ce corps efflanqué
A détourné le regard et les yeux s’est caché,
Petite fille à jamais bousculée.

***

Dans un silence immuable elle s’est réfugiée
L’éclat de ses yeux désormais estompé
Les sourires crispés et mâchoires serrées

Cesse de te plaindre, petite effrontée !
Saisis ta chance, toi qui es bien née
Accepte cette société, enfant privilégié
Tu y née, tu y es vouée.

Tu feras de grandes études, comme ceux qui t’ont précédée
Viens, allons choisir ton futur lycée.
Un oral d’admission, le jury interloqué
Des qualités, certes, d’immenses capacités...
Voici votre billet d’entrée, vous réussirez...
Mais vous ? Que pensez-vous ? Exprimez-nous vos envies, vos volontés !
Le silence tombe, seulement brisé
Par des milliers de pensées entrechoquées
Le cœur hésitant, les lèvres tremblantes
Petite poupée vacillante.

Alors les larmes débordent, les cris résonnent
D’une puissance insoupçonnée sa voix tonne
Les flots de paroles sont déversés,
Les feuilles froissées, déchirées, envolées, éparpillées
A sa colère, à sa révolte, elle s’abandonne.

***

Petite fille issue d’une grande lignée
Ne laisse plus les autres pour elle décider
Réfute la fortune, les faveurs, la facilité
Et écrit sa propre destinée.
Seule, elle sillonne à travers monts et vallées
Découvre le labeur, la douleur, l’âpreté
L’effort à fournir pour toujours continuer d’avancer
Battre en brèche le blé de ses longs doigts de fée.
Rencontre les indigents, accepte l’altérité
Découvre le partage et son cœur plein de bonté.
Elle qui a tout abandonné, ses biens, ses pièces
A désormais trouvé de vraies richesses
Avec la Terre, sa mère nourricière, elle a renoué
Et contemple chaque soir, harassée
La lune argentée et le ciel illuminé

Vagabonde qui erre, sans but ni foyer
A pris sa liberté et s’est envolée
274

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,