Petite fille de la mer

il y a
1 min
374
lectures
35
Qualifié

J'ai grandi sous l'aile d'une grand-mère extraordinaire, une femme de la terre ; un jour j'ai fermé la fenêtre de ses yeux, un jour j'ai fermé la porte du palais où patoisent les mots, un jour je  [+]

Image de Été 2020

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Petite fille de la mer
Tu viens d’un pays d’hier
D’un endroit qui n’existe plus
D’un pays aux pas perdus
Où l’absence, où le silence
Dans l’écume d’eau de mer
Danse à tes chevilles

À la porte d’un monde qui s’écaille
À pleins bras, à pleines mains
Ton corps
Tu le ramasses, tu le retiens

La bouche de Poséidon
T’ouvre sa maison
T’ouvre ses entrailles
Tu rêves
Tu rêves que te pousse aux pieds
Une nageoire
Mais sur le sable mouillé
Tu ne fais que t’asseoir
Tu gardes au sec tes chaussons
Et sur la grève, sans lueurs
Ton rêve
Peu à peu se meurt

Seul, le souffle d’Éole
Encore te donne des ailes
Le soir te fait danseuse étoile
Et là, au-dessus du sable noir
Tu t’élèves, tu t’envoles

Petite fille de la mer
Une vague te guette
Béante, comme la gueule d’une bête
Tu trembles, tu as froid
Éole te console
Ses doigts jouent dans tes cheveux
Dénouent ton étole
Toi, dans les profondeurs
Tu t’enfonces
Tu te bats, tu te débats

À vingt mille lieues
Pour garder ton corps
Pour sauver ton cœur
Pour t’emporter avec eux
Combattent tous les Dieux

Petite fille de la mer
Tu desserres tes bras
Tu éclaires tes yeux
La mer te révèle
La plage du passé
Se marque de tes pas blessés
Tu t’en vas
Tu pars, tu pars
Et dans l’eau sépia
D’une encre de seiche
T’embarque une vague
Une vague d’Odyssée
Une barque d’ode
L’ode
L’ode des Dieux

35

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !