2
min

Paysages solitaires

Image de Lou

Lou

11 lectures

0

Je suis seule au milieu d’un rêve,
Il y a ces reliefs
Il y a ce soleil qui me crame la peau
Il y a mes pieds dans l’herbe et ma main sur les lys orangés
Il y a mes bras dans les miens
Et mes yeux dans tes sommets
Il y a un sentier qui a l’air de ne pas savoir où aller
Mais il le sait très bien
Il y a mon cœur qui pleure- de bonheur
Il y a ma peau qui voudrait se coller au sol
Il y a ce torrent qui me réveille
Il y a une fourmi qui me grimpe dessus
Il y a un chamois tout au fond là-bas
Il y a ce calme, ce nulle part, cette arrivée, cette attente,
Il y a ce rêve que j‘ai vu tant de fois
Il y a ces mots qui me viennent à l’esprit
Et feraient mieux de se taire
Il y a ce silence de nulle part ailleurs
Il y a cet ailleurs
Et il y a moi, les lys, l’eau,
ça me suffit tellement.

Je suis seule sur une aire d’autoroute.
Il y a des boites, des couleurs, des voitures
Il y a des pompes à essence qui se regardent
Il y a des visages, beaucoup de visages
Il y a des bonbons, des enfants, des routiers
Des visages
Il y a des voies qui se recoupent et des vitesses qui s’ennuient
Des couleurs qui se ressemblent
Et des bancs qui voudraient s’en aller
Des visages qui rient
D’autres qui passent
Il y a moi, les visages, les pompes à essence
Ça me suffit si peu

Je suis seule sur le toit de l’immeuble
Il y a la ville et ses lumières
Ses reflets et ses fleuves
Ses grues et ses fenêtres
Sa tour à patchworks éclairés
Ses voitures et ses cris
Ses rues et ses carrefours
Ses églises et ses parkings
Il y a les étoiles qui s’accrochent à tout ça
Ces feux qui se croisent
Il y a ce monde qui arrive à m’émouvoir
Il y a cette artificialité qui fait partie de moi
ça me suffit un peu

Je suis seule sous les saules
!il y a cette teinte argentée des saules
Il y a cette douceur qui me réconforte
Il y a ce fleuve qui se dessine sous des reflets- habiles
Lenteur et paresse
Il y a ce fleuve écho de ma langueur
Il y a ce fleuve qui m’appelle dans ses courbes
Il y a ce fleuve prêt à m’écouter
Et si je l’écoutais ?
Ça me suffit tellement

Il y a ces formes, ces fantômes, ces hangars
Cet entrepôt qui s’effondre sur le ciel
Ces rues, ces bidons sans reflets et ces flaques qui m’enivrent
Il y a cette odeur de soufre qui m’écœure
Et me remplit pourtant
Il y a ces silhouettes, ces pêcheurs, ces grues
Le souffre, les flaques, ce reflet
Ca me suffit, un peu

Devant c’est plat, derrière c’est plat, au-dessus c’est gris
Il y a ces champs qui se succèdent sans jamais s’étonner
Il y a ces limites qui désespèrent de ne jamais figurer
Il y a ces chemins qui n’arrivent sur rien
Il y a cet enfer de la monotonie et moi qui tourne autour de toi
A la recherche d’un trouble des sens que je ne trouve pas
Il y a l’anti paysage de mes rêves
Il est pourtant si doux encore

Il y a de grandes barres, marquant le ciel
Il y a un bout de ciel qui se débat pour qu’on puisse le voir
Il y a ces pigeons qui mangent dans les poubelles
Il y a ces enfants qui jettent des cailloux au monde
Il y a ce bout du monde de terrain de jeu qui n’en finit pas de rétrécir
Il y a ce lambeau de ciel qui voudrait s’immiscer
Il y a l‘ombre des immeubles qui en cache la lumière
Il y a la lumière sur les fenêtres
Et les cris sur leur vie
La hauteur sur le ciel
Ça me suffit trop peu

Il y a marcher et c’est la seule quête.
Il y a marcher sur ces sentiers au loin,
Ces sentiers piétinés, arpentés, racontés
Il y a marcher pour s’enfuir et marcher pour trouver
Ça me suffit un peu

Il y a ta main qui m’aide à marcher
Il y a ta bouche qui m’aide à aimer
Il y a tes yeux qui m’aident à regarder
Il y a tes bras, qui m’aident à me cacher
Il y a tes bras, tes yeux, ta main ;
Et puis il y a tes pieds, qui ne me servent à rien.

Il y a la montagne, le fleuve et les yeux
L’autoroute et les pieds
Le chemin et la main
Ta bouche et l’espoir
La ville et les bras
Ta main pour caresser
mes pieds pour continuer
Chaque quête est solitaire ?

Thèmes

Image de Poèmes
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,