Paysage endolori

il y a
1 min
48
lectures
5

Marquise de la plume, comptesse des rimes, et bonne fée, amatrice de poésie  [+]

Sur les ruisseaux sauvages
Qui s'échappent de leur lit
De timides barrages
S'arrachent chaque nuit
Assoiffés de rage
Il s'écoulent petit à petit
Entraînant le naufrage
Des matins qui sourient
Comme pour les nuages
Quand pleure la fine pluie
Les sombres soirs d'orage,
La sève rouillée s'enfuit
Au matin un ravage
Sur la chair meurtrie
Une pure et blanche page
Que le soir rougit
Chaque fois un nouvel étage
Une pont de plus vers la folie
Une déferlante de noires images
Contre tout, toi et l'infini
Ne sois plus otage
D'une lame aigrie
Répare ton âme, ce marécage
Panse tes ruisseaux et agis
5

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,