1
min

Passion

Image de Jules EDORH

Jules EDORH

0 lecture

Comme au soir d’un premier amour,
On était encore timide malgré nous
J’étais seul et tu m’as souri, et nous voilà deux.

On était deux sur un chemin fait pour un
On avait un cœur, un cœur pour deux
Le soir quand les lumières s’éteignent,

Notre monde se révèle et semble si loin.
Pourtant nous sommes si proches et moi
le temps d’un bref baisé qui fait danser les étoiles;

Une musique fait disparaitre la folie d’une pensée coupable
Oui je pensais à toi.
Et voilà mon cœur qui marche maintenant à ta poursuite

Sans repères dans un temps qui s’efface;
Dans la douceur des sentiments interdits
Il m’est interdit de te dire je t’aime.

Le tambour de ma passion raisonne.
Je brave les interdits pour ma douce et un instant
La douce braise qui enflamme mon esprit perdu de passion

Une révolte amoureuse s’empare de moi
Le temps de me perdre encore dans l’infinité de ton regard
Ne quitte pas encore mon esprit, parfaite étoile de midi.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,