Parmi les sirènes

il y a
1 min
2
lectures
1
Des pierres blanches et la mer,
Le décors est paisible
Au détour des terres
Du détroit de Messine,
Je parcours l’Éden
Des créatures d'hérésie,
Rien de délétère
Dans le parfum des résines,
Des pins, des cyprès
Délectent les rétines
Comme le miel peut sauver
Une voix qui s'épuise.
Je suis comme Ulysse,
Poussé par le désir,
Attiré par les chants,
Et les flûtes, et les lyres.
Fille de Calliope,
Je nagerai jusqu'à Pharos,
Défierai Achellos sans abandonner
Comme l'amant qui peut donner
La passion, la romance,
A celle dont il rêvait
Pendant son enfance.
Au gré des vents, des vagues,
des archipels aux caps,
Des libertés aux bagnes,
Je vis cet odyssée opaque
Et quitte les ports et les villes
Pour l'océan terrible,
Que mon bateau dérive
Entre récifs et rives...
Elles peignent leurs cheveux,
Assises sur les rochers,
Des notes me parviennent
Et je m'élance pour plonger
Jusqu'au fond de la mer,
La ou le bleu n'existe plus
La ou le ciel n'est qu'un souvenir
Dans un décor presque nu,
Et seul dans le silence
Je flotte et j'y reste,
Elles jugent mon amour
Et je vais mourir pour elles,
Puisqu'il est pur et sincère
Elles m'embrassent et m'emmène
Je serai pour toujours
Parmi les sirènes
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Eddy Bonin
Eddy Bonin · il y a
Encore une bien jolie histoire de sirène. Bravo Hank...
Si un voyage surfant entre Biscarosse et Biarritz vous tente, c'est par là : https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/hotel-du-palais
Ne vous étonnez pas si vous y croisez aussi une petite sirène... ;-)