Paris poésie.

il y a
1 min
10
lectures
0

A la recherche de ce qui ne peut pas s'appeler, je voyage vers les confins, les innombrables horizons; si tout reste à créer, où est-ce que je vis  [+]


L'heure du nouveau jour approche. Je me sens blessé par le bruit de la pluie qui écorche les pavés.
Paris lumière, Paris poussière.
J'ai dans la tête des voix du bout du monde, des effluves de pays dont je n'arrive même pas à imaginer la grandeur.
Des mains qui se touchent, la chaleur de quelques mots, un silence qui se fraye un chemin entre les routes.
La vie est riche ici, malgré ce vide qui occupe mon cœur.
Cœur de verre, cœur de lave, mais pas cœur de pierre.
Un jour, dans mille ans, cent jours, ou demain, je renaîtrais.
Puisqu'il est permis d'espérer, peut être qu'à ce moment se tiendront devant moi tout ceux qui m'ont tendu les bras.

Et peut être même que toi aussi, tu seras là.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !