PARCOURS PREPARATOIRE

il y a
1 min
54
lectures
11

Depuis de nombreuses années, je m' intéresse aux mots, et à la poésie en particulier (Prévert, Rimbaud, Baudelaire, Neruda...) y compris un peu au slam. Je me consacre plus sérieusement à l'  [+]

Un pot
De la peinture
De la peau
De la peinture à peau
De la peinture à peau dans le pot
Pas de pinceau
Pas de pot
Pas de pot pas de pinceau pour la peinture à peau
Un seau de peinture
Un pot de ceintures
Pas de pot pas de peinture alors ceinture
Un pinceau pour quoi
Puisque pas de pot
Puisque pas de seau
Puisque pas de sein
Pas de seins peints
Car trop pudique
Un peintre peint des saints
Un peintre sain dépeint
Des portes pour l' apparition
Des péripatéticiennes
Des papes en pourpre
Des peurs paniques
Des pleurs piteux
Des pourquoi creux
Des parce que sérieux
Un passant par là
Perplexe conditionné
Persiflait Peu peuh
Tout çà c' est du pipeau
Un pitoyable tableau
Pour les libidineux
Les concupiscents
Les poètes à papa et les petites gens
Peut-être pourquoi pas
Répliqua donc le peintre
Mon tableau ne plait pas
Au premier venu
Plus tard peut-être
Quand plus d' une porte
Sera poussée par l' avenir
Il procurera du plaisir
Et le passant repart
Perdu dans ses pensées
Pourquoi des portes pourquoi
Parce qu' il y a des paillassons
Qu' on pense s' épousseter
Avant de pouvoir rentrer
Laisser ses petits ennuis
Leur fermer la porte au nez
Pourquoi des putes pourquoi
Pourquoi des papes pourquoi
Parce qu' il y a séduction
Tape à l' oeil sur la marchandise
Ici la fornication
Et là la rédemption
Ce ne sont qu' illusions
Ironie et dérision
Pourquoi des pleurs
Pourquoi des peurs
On pleure parce qu' on a peur
Parce qu' on panique partout
Parce qu' on est perdu
Perplexe et apeuré
Compatissant et pauvre
Ou méprisant et apprêté
Pourquoi des pourquois
Pourquoi des parce que
Toujours se justifier
Toujours s' opposer
Prétendre affirmer
Prétendre infirmer
Peu m' importe le pourquoi
Pourvu qu' il y ait un parce que propice
Peut-être ai-je enfin compris
Le pourquoi de ma présence ici
Un peu poète un peu philosophe
Je vais m' atteler à mes strophes
Porter le souffle que rien n' hypothèque
Porter de ma carrière à l' édifice la pierre
L' édifice la pierre le pot la peinture la peau
Ah les dix fils de la pierre ont la peinture dans la peau
Et la paupière s' épanouit
La pupille s' agrandit devant le tableau
Le palpitant s' éprend de ces poupins au paradis
Au bas de l' édifice la porte est ouverte
La pierre est à polir à façonner
Le pot patiente attendant le pinceau
La peinture attend d' être picorée
La peau d' être picturale et décorée

Prêt à bâtir un autre chemin
A peindre ce qui est en nos mains ?
11

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !