3
min

Parce que...

Image de Orkanta

Orkanta

30 lectures

24

Parce que chacun détient un passé douloureux
Entre doutes et questionnements houleux
Une rencontre inopinée,
Une attraction incontrôlée,
Vertige magnétique de la physique quantique
Aux accents de divine fusion tantrique,
Spirale psychédélique
Attirance électrique,
Un frôlement de soie
Un bruissement de soi
Un murmure à l’oreille
Qui soudain émerveille,
Apparition inespérée d’une possible issue,
Dans la sphère des chemins croisés, sur la route de l’inconnu,
Se laisser aller, surprendre par l’inattendu,
Flirter avec les failles abyssales du Moi hanté perdu,
Braver l’épreuve du temps, vastes ouragans
Des tumultes intérieurs qui aliènent tant.

Ne transpire que le trouble de l’amour fossoyé,
Souvenir lointain d’expériences passées
Ratées,
Dépassées,
Enterrées.
Penser absolu n’est point une sinécure
Un simple rappel du vivant, délicieuse piqûre,
Tourbillon des sens
Effervescence.

Désœuvrée je le suis, chaque matin une fois levée,
Poupée de chiffon démantibulée, aux membres désarticulés,
Jadis malléable, aujourd’hui vidée de sa ouate duveteuse
Ne reste que sa structure raide rigide et osseuse,
Mon sang qui pulse, reflux à contre-courant,
Mes sens « sens dessus dessous » dehors dedans,
Anémie des sens et de mon existence morose,
Perte de repères, mes sensations-ecchymoses,
Tsunami émotionnel, vague à l’âme bleu céruléen,
Océan de mes peines où je plonge et sombre sans fin,
Anorexie des nuits et des jours sans lendemain,
Déçue, désenchantée par tant d’amours avortées
De bassesses hideuses et de pitoyables trahisons,
Moi recluse dans mon bureau de dix mètres carrés
Adepte du travail acharné, le « no-limit » en excès,
J’ai dissous mon idéal de passion sucrée voluptueuse
Dans le ristretto amer et les volutes de cigarettes vaporeuses,
Brouillant du noir devant mon écran virtuel sans vie
Moi frêle jeune femme tout juste en mode survie.

A l’aube hivernale, comme par enchantement,
Une apparition dans la brume, un éclat scintillant
Ou la simple évidence du hasard inscrit prédestiné,
Toujours en retard, malgré une course folle, mon train loupé,
Un acte manqué, une coïncidence inexpliquée,
Ma journée de chance et de félicité ?
Au coin d’une ruelle, je vous ai soudain croisé,
Instant de féérie et de fébrilité mêlées,
Faisant tomber mes dossiers sous mon bras serrés,
Alchimie des corps en transe, symbiose des âmes dansantes,
Chorégraphie en si majeur, aux accents d’une mélopée enivrante.
J’ai toujours su qu’avec des si, le monde refaire on pouvait
En mettant de la bienveillance dans chaque moment partagé.

Confuse et malhabile je vous ai heurté
Levant les yeux vers votre visage, littéralement attirée,
Sans même savoir qui vous étiez, bel inconnu mystérieux
Au regard émeraude dans lequel le mien s’est noyé vertigineux,
Vous m’avez bouleversée, bousculée, perturbée, émue,
Sans me poser de vaines et futiles questions,
Je me suis dit sans pour autant perdre la raison
Ecoutant les pulsations de mon cœur et ses ardentes pulsions
Que je donnerais ma vie entière, mon âme de poussière
Pour écouter et saisir la vôtre dans l’éternel éther
Sans réserve ni retenue trempée des pluies vespérales
De mon envie sauvage, poignante et virginale.
Être juste vôtre.
Pas une autre.
Juste moi pour vous.

Jamais je n’ai ressenti de sentiments si sûrs
Si forts pour un être dont je ressens le cœur pur,
La singularité d’une telle excessivité
Signe peut-être de mon intériorité torturée
Que je sais toutefois vraie et sans perversité
Aurait pu faire naître une impudence inappropriée
Alors que seuls l’audace et le désir contagieux
Ont pris place dans nos échanges fougueux.

Il arrive que l’on cherche sans trouver
Et que l’on trouve enfin sans chercher.
Peut-on parler d’âmes sœurs et de connivences
Quand règne et se diffuse déjà une si belle confiance ?
Nul besoin de témoignage, de tangible preuve
Tout échappe à l’entendement, ultime épreuve.
Quelques mots posés, susurrés,
Un instant de grâce et de complicité
En suspens
Dans le temps.

Moi qui n’ai jamais d’attentes précises
Je pourrais en formuler une, loin d’être indécise,
J’ai hâte de me perdre en vous,
Peau contre peau
Corps contre corps
Subtils accords
D’une douce et tendre mélodie
Ne craignant ni le futur ni les interdits,
Hâte de vous manquer terriblement
Pour que nos désirs décuplent ouvertement,
Vos lèvres pressées contre mes seins menus
Vos mains agiles glissant sur ma silhouette nue,
Devinant chaque pore, chaque interstice
Pour s’immiscer avec douceur et malice.

« Il n’y a pas de hasard, il n’existe que des rendez-vous »
Ecrivait ce talentueux poète qu’était Paul Eluard.
Je veux illuminer vos jours et vos nuits entières
Aujourd’hui, demain, toujours, rien que pour vous,
Avec mon humble lumière qui en moi sommeille,
De même votre lueur effacera mes pires cauchemars
Complètement
Totalement.
Comme par magie,
Un parfum envoûtant de patchouli
Tel le vôtre dont je veux être imprégnée,
Humer votre odeur musquée poivrée,
Ma langue votre lobe dévorer
Pour mieux avec gourmandise vous croquer.
Me sentir remplie de fougue et de fiel
Goûter aux plaisirs sensuels et charnels
M’exaltant de vos caresses-tendresses
De votre impétuosité teintée de délicatesse
Sentir mon corps entier s’embraser
Sous vos coups de rein et vos baisers mêlés
Moi féline câline
Mutine coquine
Dévouée,
Corps et cœurs liés,
A vous pour l’éternité
Si telle est notre destinée.

Parce qu’il est vain de chercher à tout comprendre
Et qu’il suffit de s’écouter, se contempler pour s’entendre
Nul besoin de kyrielles de mots
Pour gommer et apaiser les maux,
En une sublime étreinte de volupté
Ressentir l’absolu de l’amour partagé
Corps en parfaite symbiose
Sublime équation des âmes en osmose.

PRIX

Image de 6ème édition

Thèmes

Image de Poèmes
24

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Dimaria Gbénou
Dimaria Gbénou · il y a
Orkanta aussi bien en poème que pour une micro-nouvelle. Mes 3+ encore. Mes voix. Je vous invite à lire mes textes dont un est en finale
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/sous-le-regard-du-diable
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/malchance

·
Image de Orkanta
Orkanta · il y a
Merci pour le retour et le partage de vos liens pour lire vos textes !
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Un peu long mais… lu avec plaisir !
·
Image de Orkanta
Orkanta · il y a
J'ai hésité... entre le très court et le très long du court ! Les mots m'ont emportée ;-)
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Et il est vrai que les mots ont toujours le dernier… mot ;)
·
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Bravo pour ce long poeme qui dit tant de vérités, je vote !
Je suis en lice avec "le lanceur de couteaux"...

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Une belle poésie ! Bien rythmée ! Tout une maîtrise ! Je vous dis Bravoo !
Ravi d'être le premier à commenter une telle oeuvre !
Si l'envie vous prend je vous invite à découvrir mon oeuvre en compétition, catégorie des nouvelles, "Jeunes écritures".
https://short-edition.com/fr/auteur/assmoussa
Toutes mes voix !

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur