1
min

Parade Claire au Piano

5 lectures

0

Satie déploie les doubles noirs et fins ,

Pâles buveurs de beauté , succincts .


Figure amincie j'égrène le vent nocturne

A pianoter cette exploration taciturne , et ,


J'emmène au creux de mon ombre

Des poussières de moi .


Sur la traînée lisse et vernie d'un cercueil poli ,

Ma main essuierait presque la surface

D'une trace , d'un air d'appréhension

Laissant sa trace ,

De goût .


Un espace qui souhaite la nuit pleine

Au volant de spirales tremblantes ,

S'ouvre a des portes inconnues .


Brise fraîche de la ligne du bruit -

J'alors s'aspire d'eau fraîche !

A mener du bout des doigts se sert ,

Des verres , d'imageries sombres séduit ;


Et de respirer les pavés du soir ,

Me drape de noires volantes .


D'un échevelé lucernaire !

Faire briller des étoiles calmes et ravies

Dans des yeux vertspâlants ,

Scintiller mes crocs

A des mains habiles

De bagues et d'argent ! -


Eau de jasmin dans la pâleur d'un rhume ,

Mon alter déploie ses ailes noires

A respirer les pavés du soir ,


Et joue de la danse précise de son ombre .


Battement de cil . -

Il détecte une apparition .

Dans les feuillages frais

Une jument noire cavale .

A lui .
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,