Ouvrons les yeux

il y a
1 min
5
lectures
0

Auteur Comédien Réalisateur Poésie Romans Nouvelles Littérature jeunesse  [+]

Une pente raide se présente
Et les réactions sont absentes
Une pute rude se dispute
Alors que d'autres butent


Pendant ce temps là je déchante
Et je roule libre sur les jantes
Envie de hurler, de faire sortir le mal
Et tous ces veaux qu'on trimbale


Sans qu'ils osent ouvrir leurs gueules
Car elles tournent encore les meules
Marre des cruches qui décrochent
Et qui crachent sur les crèches et vident les poches


Elle est moche ou elle est belle?
Y'a pourtant des gens qui font les poubelles
Et les actrices pour qu'on les voit
Nous montre un sein ou bien les deux
Oui allez vas-y envoie à la face des immondices

Les starlettes font des envieux
Et d'autres s'aggripent à leur foi
Sans même voir qu'ils plongent dans le précipice


Oh par pitié arrêtez le supplice
J'ai envie de joie, d'amour qui pisse
Des jets immenses à inonder les places
Ouvrir les châteaux, les palais et les palaces


Les petites lucarnes après une journée de labeur
Nous balancent sur nos yeux mi-clos
Tous les mensonges, toutes les erreurs
Et le troupeau tombe dans le panneau


On suit un ballon tout rond
Fascination de la foule qui ne regarde pas plus loin
Et qui coupe bien le son
Bêtes, stupides à manger du foin


J'veux en faire un et puis partir
Découvrir les espaces qui m'entourent
Sauver les humains qu'on ignore dans les tours
Ou bien ceux qui patientent et qui crèvent sur les côtes, c'est pire


Stop! Assez des despotes
Dénonçons ces humiliations, ces hontes
Et sortons de nos vies ces pontes
C'est nous en les montrant qui leur donnons
de l'importance, ils ont la côte


Virons alors tous ces connards
Qui savent très bien mener la danse
Et qui nous piquent, font mal avec leurs dards
C'est une triste réalité, une évidence

Avant qu'il ne soit trop tard attention
Lançons les alertes sur les vaccins
Elle n'est pas si folle l'intervention
Je sonne aujourd'hui le tocsin


Pour cesser la cruauté changeons vite de chemin
Envie de chialer, me blottir dans un coin
Et une fois les larmes versées
Se pencher sur les âmes oppressées


Se presser et changer de places les dames
Sur l'échiquier se trament les drames
Allez allez pas pour les coups, les bleus
La vraie coupe sera pour ceux qui auront ouvert les yeux


En attendant, elle est bien pleine
Je ne vais pas me ronger les sangs, tailler les veines
Même si je l'avoue, j'ai beaucoup de peine
J'aimerais tant que tout le monde soit des rois et des reines
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,