Ouverture de chasse

il y a
1 min
608
lectures
42
Lauréat
Jury
Recommandé

De la Dordogne à la Normandie et du Maroc au nord de la France, l’auteur a nourri son inspiration. Sa retraire lui a permis de retranscrire les mémoires de son père dans le livre "Des ours et des  [+]

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Sylphide et toi, dryade et toi, nymphe aux abois,
Écoutez la rumeur qui vient de la clairière,
Arrêtez là vos jeux et taisez toute voix :
Derrière les buissons se lève une lumière…
Comme des papillons attirés par le feu,
Leur troupeau clair approche à pas silencieux
Et leurs pieds nus, pressés, écrasent l’herbe folle :
« Est-ce pour le dieu Pan qu’en ce lieu on immole ?
Quel est ce sacrifice ? Et ces cris, et ces chants ? »
Leurs visages anxieux se glissent entre les feuilles
Que la brume mouilla et que le soir endeuille :
Les chasseurs sont groupés près du foyer brillant.
Étalant sur le sol leur fumante victoire,
Guerriers sans ennemis et combattants sans gloire,
Ils comptent leur gibier, triste et sanglant butin,
Plumes et becs mêlés, museaux et sabots joints.
Puis en jouant Bacchus, la coupe près des lèvres,
Les pieds sur le flanc chaud d’une biche ou d’un daim,
Dont les yeux grands ouverts s’épouvantent sans fin,
En narguant la forêt ils abreuvent leur fièvre.
Et les yeux agrandis de crainte et de douleur,
Les nymphes éperdues, au fond de la nuit sombre
Ont fui, avec un cri, les bourreaux et leurs ombres.
Les hommes, à ce cri, s’étonnèrent, songeurs.

Recommandé
42

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
Un très beau poème

Vous aimerez aussi !