3 lectures

0

De l'Ô d'ici à l'eau de là, entre mes gouttes d'encre sèches, mes bulles de beau, mes fleurs de peau, Ophélie flotte en archipel, gît.

Flamboyants coraux en diadème ; entre les branches oranges, ses vénitiennes mèches d'ange glissent.

Entre les jours de sa dentelle ses lacrymales demi-sel tissent, tentures et nappes souterraines d'un soi maudit.

Ophélie île, de fois mourrir combien faut-il, pour Être juste? De fois combien faut-il s'occire, peroxyder votre karma?

Porter sa foi au fond de Soi comme un îlot. S'y voir, s'y fondre et percevoir le beau de haut. Réincarnée ; comme à l'envers, vous y flottez. Suspendue à tort à travers mais si vivante que l'Âmour vous pleuvrait dessus par la vitalité ému.

Posez le pied sur Archimède, sur sa poussée de vieux bipède fendez les eaux et perdez celles qui vous pèsent.

Préférez-leur les étincèles déliées au fil des flots, les vaguelettes en ribambelles, en réflecteurs de l'éternel et des mélodies du cosmos.

Un coup de talon demoiselle et votre coeur est hors de l'eau.
Un...
0

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème