1
min

Oh ! Voleur d’inconscience

Image de Lucie Sedraine

Lucie Sedraine

8 lectures

1

Oh ! Voleur d’inconscience, voleur de tendresse
Perfide accapareur d’attention immature
Monopolisateur de naissante jeunesse
Expert manipulant les arts de la capture

Rien ne résiste à ton raisonnement logique
La vérité masquée par une dialectique
Savamment orchestrée, devient alors mensonge
Absorbé goulûment comme une sèche éponge

Par l’innocence ouvrant son regard sur le monde.
A jamais tu creuses le sillon dans ce marbre
Lisse et immaculé que la lumière inonde
Ignores-tu que tu plantes un nouvel arbre ?

Amputé par moitié de ses propres racines
Comment a-t-il poussé ? Comment a-t-il grandi ?
Sans sa moitié de bon terreau, il s’enracine
Ou végète-t-il ? Souffre-t-il de maladie ?

J’ai ouï dire, cet arbre, qu’un fruit n’a porté !
Il a manqué d’engrais, de terreau, de soleil
De l’eau de vie et d’amour maternel privé
Offrant à son enfant les dons qui l’émerveillent.

Planté dans les chevaux de frise de ta route
Du second arbuste s’écoule la résine
De ses plaies refermées. Sa mémoire en déroute
Sur toute souvenance d’enfance lésine

Certes, il a fleuri mais il n’a rien produit.
Arbres déracinés replantés par ailleurs
Les sillons de vos cœurs se sont remplis d’autrui
Je lave des souvenirs tel un orpailleur !

Oh ! Voleur d’inconscience, voleur de tendresse
Perfide accapareur d’attention immature
Qu’as-tu gagné de plus à c’que je disparaisse
Jouissance et grandeur face à ta forfaiture ?

Thèmes

Image de Poèmes
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,