1
min

Nuage de plomb

Image de John Liam

John Liam

4 lectures

1

Je prend racine sur un trône de coton,
Bercé par l'ivresse des nuages de plomb,
Qu'exhalent tour à tour l'absinthe et le brûle-gueule,
Ardents artisans de mon funeste linceul.

J'égrène les cendres d'un démon enflammé,
Dont les miasmes grisent de vertiges nos coeurs,
Infuse dans l'esprit la maladie des fleurs,
Remède assassin des brûlures passionnées.

Le monde à l'envers nous ouvrent ses frontières,
Ce paradis passager de la quintessence,
Où l'âme peut s'épancher en toute licence
Aux plaisirs coupables de la folie fière.

Mes soleils se drapent d'un manteau de grisaille,
Les maux s'apaisent en ce vaste temple éthéré.
Gravitent à leur gré d'insolentes voluptés,
Dont le flot creuse la digue de mes entrailles.

Derrière les nuées de cet Éden de verre,
Je baigne dans le vide comme un funambule
Sur son fil, épave aux confins de l'univers,
Écumant les canaux de l'oeil du noctambule.

Érigé en phare, guetteur de l'Infini,
J'allume un fanal à la santé poétique
Du cosmos, Consumé par la beauté lyrique
Que miroite l'Observatoire du génie.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,