Nous payons pour les péchés

il y a
1 min
5
lectures
3

je n’ai qu’une vie. je n’ai qu’un ami. je n’ai qu’un je t’aime. Béatrice Bonhomme  [+]

Nous payons pour les péchés hérités
Avec le poids d'une vérité posthume,
Nous reconnaissons nos ombres sur la route
Quand il nous supplie pour le drame de l'amour,

Dépoussiérons-les avec au moins une claque
Les juges qui ont encore des coutumes,
Nous entre le droit plié par les actes,
Nous avons démissionné à la bataille sur la forteresse.

Nous paierons ce que nous n'avons jamais fait
Que les enfants nous crient de l'abîme,
Soyons aussi responsables d'un rêve
Mais pas pour ce qu'ils aimaient, jamais!

Pour les pécheurs, nous continuerons
Même si la mort nous apprend faussement
Qu'il y a un équilibre entre le bien et le mal
Nous nous défendons avec les derniers mots

Laisse l'ange voir comment nous traversons la croix
Et au bord de la mer il y a de la place!
On dit que les justes ont eu de la chance,
De lui poussent des coquelicots aveugles sur les pavés!

Alors qu'en nous seulement le lierre mince
Il cherche le mur sur lequel
Les chauves-souris pendent sur le lit,
Avec des traîtres d'amour.

Nous avons démissionné quand un mal trop grand
Il nous a conseillé de lui faire preuve d'empathie,
Quand Dieu nous a vraiment trouvé gentils
Philosophiquement pénétré d'une pâleur,

Nous payons pour ça quand nous étions
Et pour ceux qui veulent un lendemain,
Nous regardons avec passion de chien
Comme dans le péché, nous avons un autre but.
3

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Il est vrai que dans les cycles antérieurs , certaines vies n'ayant pas abouti , reviennent finir leur travail.
Nous héritons ainsi d'incidents , de hasards , nous croyons être portés par des voix ...... Un poème saisissant qui soulève bien des pensées .

Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
De lui poussent les coquelicots aveugles sur le pavé, j'aime cette image. Un poème merveilleux.

Vous aimerez aussi !