Nous nous sommes compris.

il y a
1 min
19
lectures
0
Dans la tiédeur du soir, nos lèvres ont souri,
Nos yeux se sont croisés : nous nous sommes compris.
Nous avons déserté le jardin, la terrasse,
Et déjà de ton bras tendrement tu m'enlaces.

Puis nous sommes entrés dans la maison complice.
Discrètement ta main à mon épaule glisse.
Tu me tiens de plus près... pour ne pas m'échapper ?...
Je n'en ai nulle envie : je suis ton prisonnier.

Tu m'étreins corps à corps,
Tu me serres si fort !

Je sens monter en toi un impérieux désir
Et je bois à ta lèvre un frisson de plaisir...
Un parfum de lavande et de roses vivaces
Vient nous envelopper tandis que l'on s'embrasse.

De caresses furtives en épanchements fous
J'ai glissé de tes bras jusques à tes genoux.
Je relève la tête et tu fermes les yeux.
Ta main, vivant oiseau, caresse mes cheveux...

Ma bouche se fait douce, ton souffle se fait court :
Nous allons nous donner une leçon d'amour.
Déjà le verbe aimer se conjugue bien mieux:
Par ces gestes, ces mots, nous atteignons aux cieux.

Les ombres de la nuit sont nos seuls vêtements,
Les draps frais, parfumés, du bon vieux lit d'antan
Sont les témoins discrets de nos conjugaisons
Et l'oreiller de plume épie nos abandons.

Tu as coulé en moi comme un torrent d'amour
Et moi je t'ai reçu comme un lever de jour !
Ton sexe fièrement, comme un sceptre royal,
Se dresse insolemment, victoire triomphale.
Tu t'épanouis sur moi, et c'est le don suprême,
Dans un épanchement qui murmure : « Je t'aime ».
Je déchiffre ton corps à la peau de satin
T'agaçant de baisers sur les pieds, sur les mains...

Nuit, tu nous a couverts de ta robe du soir,
Je sens tes doigts glisser sur mon corps, dans le noir...

L'aube d'un jour nouveau, accrochée aux volets -
Quelques rais indiscrets de lumière bleutée -
Nous a surpris, jeunes amants émerveillés,
Dans les bras l'un de l'autre encore ensommeillés.
La tête à l'oreiller tu te tournes vers moi,
Ta caresse insinuante augmente mon émoi.
Tu me tiens, mon amour, tu me tiens éveillé.
Ta main se fait pressante et je me laisse aller
Au courant qui m'emporte... " Re-voudrais-tu... Trésor ? "
Sans dire un mot, nous nous sommes compris. Encor.

0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,