Nourrir le feu

il y a
1 min
1
lecture
0
maison abandonnée
au milieu d’un cœur
sans nom
défeuillé dénué
soustraire les couleurs

fenêtre fracassée
accident
ou geste volontaire
porte entrebâillée
l’intérieur laissé vide
quatre murs solitaires

la morte-saison
les absences de l’automne
tabler l’espoir
glaner les moissons
avant la première neige

je vois poindre l’hiver
il faut entrer le bois
nourrir le feu
viens me rejoindre
j’ai croisé l’exil du froid
dans la chaleur de nos yeux
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,