Nos frères

il y a
1 min
309
lectures
40
Qualifié

"Chaque homme dans sa nuit s'en va vers sa lumière", V. Hugo C'est au creux de la nuit de ma maladie que la poésie est venue me sauver... s'imposant à moi sans crier gare, ultime rempart contre le  [+]

Image de Été 2020

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Ils ont au fond du cœur plusieurs milliers de vies
Des instants sans parole et des gestes sans cri
Des centaines de peurs, de ces nuits de naufrage
Qui font pleurer le temps ou bien mourir de rage

Ils ont au fond de l’âme un souffle immémorable
Venu des temps anciens et battu par les sables
Des souffrances, des bleus tels des coups de poignard
Des violences subies qui font craindre le soir

Ils ont au fond des yeux les reflets de l’enfer
Tous ces êtres aimés engloutis dans la mer
Ces parents arrachés à la vie à l’espoir
Ô douleur indicible ancrée dans leur mémoire

J’aimerais tellement pouvoir tendre ma main
Les sauver un à un, inverser leur destin
J’aperçois sur leurs joues trop de larmes versées
Se frayant goutte à goutte un chemin vers la paix

Pour eux, je voudrais devenir terre d’asile
Pays sans barbelés pour chaque homme en exil
Car chaque réfugié, je le lis dans sa chair
Dans ses yeux dans son âme, est avant tout mon frère

40

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !