1
min

Mutinerie

Image de Gagar Thompson

Gagar Thompson

0 lecture

0

J’ai rencontré un fléau doux comme la peur,
Son ciel était nuageux, comme la joie des vieux
Creux et renfrognant à l’image de leurs mœurs
Moi, je caressai son beau corps mou et pluvieux.

Sur sa vil soie il y a des anges qui meurent
Et plein de preux qui prennent le flot sur leur proues,
Jetant des fleurs parfumés à leurs pauvres yeux flous
Valeureux, tout comme ces riches rois que rien n’effleurent.

Ces petits cœurs envieux perdraient jusqu’à leurs noms
Si comme eux; ils nageaient dans le froid de la boue,
Buvaient mais ne mangeaient pas. Bois des heures à fond!
Leurs crirait-on, d’où viens-tu pour être pompeux?

N’oublie pas tout ces pauvres hommes trieurs de poux
Qui se prêtent au jeu en espérant avoir la croix
Oui, ils n’ont plus la foi mais ils leurs restent le feu.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,