MOTS DE FONDS DE TIRROIRS

il y a
2 min
12
lectures
0
REQUIEM CONTRE MA VILLE

Rappelez-moi d'oublier
Que ma ville se meurt
Rêve par rêve
Espoir après espoir

Rappelez-moi d’oublier
Que ma ville s’étiole
Arbre après arbre
Que ma ville s’égrène
Frères après frères

Rappelez-moi d'oublier
Que ma ville n'est plus ville
Que ma ville n'est plus mienne
Que sa sève n’est plus sang
Que son sang n’est plus sève

Rappelez-moi d’oublier
Que ma ville s’abreuve
Du fiel de ses filles
Et des larmes de ses fils

Rappelez-moi d’oublier
Que sur ma ville
Ne se lèvent
Ni se couchent
Ni soleil ni lune

Rappelez-moi d’oublier
Et qu'à force de rappels
Ce spectre s'efface
Et fasse place
A un autre rêve
A un autre espoir"
..........................
Et...toi
Tu amoncelles tes silences
Comme on étale
Le dédain en strates
Comme on tasse
En couches le mépris

Et...moi
Je couve les mots
Dans des lambeaux
Qui emballent
Mes maux lacérés
J'embaume mes cris
Dans des soupirs
Qui percutent
Et résonnent
Contre les rives
Des espaces infinis...
........................

UNE NUIT SUR MA VILLE

Encore un nouveau jour
Qui me surprend
Perdu de l’autre côté
De ma ville
A la frontière de chez nous
Etrangers
Sur les rives d’en face
Hagard
Le Soleil se lasse
S’éclipse
S’étiole
Et se casse
Maître des lieux
La nuit s’étend et s’étale
Sombre et noire
Les bruits et les lumières
Se tuent et se terrent
Dans le silence
Une nuit trop sombre
Une nuit sans lune
Trop noire
Trop longue
Dans le prolongement
Des infinis glaçants
Et du néant trop vorace
Et le vent ne charrie plus
Aux surpris de demain
Des jours plus longs
Et juste des lucioles
Et des clairs de lune
Car la nuit dure
Au-delà du temps d’une nuit
Une nuit trop longue
Trop noire
Sur ma ville
.....................................
Que reviennent les lumières
Mangeuses d'ombres portées
Effaceuses de teints blafards
Et que se dissipent les frasques
Qui cachent ces filles
Qui ont cueilli
Les fleurs du temps qui passe
Ces filles à cœur -roses
Et à l'âme-gingembre
.................

Je te laisse rythmer
L'instant d'avant
Puisque et le temps
Et la mesure
Se déclinent mieux
Au féminin
.............................

Le creux de mes bras
Aménagé en île,
Servit à te protéger
Ce ne fut ni prison ni enclos
Si l’étreinte fut forte
A te couper le souffle
Ce fut pour te rassurer
Elle ne fut ni place forte
Ni hermétique
Elle reste ouverte
Pour tes déplacements
Dans un sens
Et dans l’autre
....
"J'évoque nos rêves
Dans le sens
Et dans les dimensions
De la pure démesure"
.......
Et dans ce vacarme insolent
Je perçois comme une faveur
L'éloquence subtile de ton silence
Dans la douceur complice
D'un regard !

.........
Et l'amour
Ce fardeau
que l'on porte
à deux
Cette croix
que l'on supporte
à deux!

.......

Mes regrets se surmontent de faces
Qui agissent comme des ongles acérés
Pour écorcher épaisseurs et surfaces
Fragiles et mal cicatrisées
...............

SILENCE...JE PARLE
Je te dirai tout
Pour ne rien te cacher
Je tairai le reste
Pour ne rien dévoiler
Quand les mots les plus clairs
Sont teintés de noir
Et masqués de gris sombre
A quoi servent et l’éloquence
Et l’écho de l’héroïsme
Contre les murs de ce réel
Erigés en remparts
Quand les sons les plus doux
Sont frappés d’interdits
A quoi servent les voix
Et leurs stridences contrefaites
Contre la surdité de l’âme
Et l’entêtement pluriel
Edifiés en forteresse et en camisoles
Dans de tournures fragiles
Dans des fresques tremblantes
De syntaxe biaisée
Je te déclinerai mon monde
Ou se terrent mes maux enjoués
Dans de simples jeux de mots
A quoi bon hélas !
Les formules finement inspirées
Contre ces formes nulles pourtant
Offertes dans des écrins somptueux
Entre dorures et splendeurs
A travers les tamis
Tissés en traits rectilignes
Se joignant candides
En angles droits et majestueux
Je soufflerai à tes oreilles
Mes soupirs et mes silences
Mes wow !
Mes HMMMM !
L’expression de mes yeux
Surpris et écarquillés
Pour tout te dire
Et rien te cacher
Pour taire le reste
Et ne rien dévoiler
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !