1
min

Montagne.....

Image de Gisny

Gisny

205 lectures

40

Montagne des labeurs, aux puissantes mains lourdes,
Je respire tes genêts, je cueille tes pervenches,
J'écoute le murmure de la fleur qui se penche,
Sous la caresse du vent amoureux de tes courbes.

Montagne des couleurs sur tranquilles décors,
Donne ta poésie, la douceur de tes nuits,
Découvre tes coteaux et que me grise encore,
L'odeur du foin séché dans l'étable endormie.

Montagne des troupeaux, des hautes solitudes
Humbles sont  tes bergers modestes et vigilants,
Qui offrent au couchant leur ombre de géant.

Montagne de mon enfance et des quatre saisons,
Quand résonne l'orage qui hante ton courroux
Je découvre un calvaire et me mets à genoux.
40

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Marie Guzman
Marie Guzman · il y a
C’est beau comme le bonheur tranquille 😊
Une poésie qui fait autant de bien qu’une randonnée dans ces paysages

·
Image de Gisny
Gisny · il y a
comme vous êtes gentille Marie. La comparaison me touche beaucoup. Bonne journée à vous.
·
Image de Artvic
Artvic · il y a
J'adore ! Vous décrivez un paysage de montagne qui enchanterait plus d'un rêveur ! Votre enfance, ce sentiment de bonheur au cœur de ce décor est très bien ressenti ! Merci !
·
Image de Gisny
Gisny · il y a
Merci à vous Artvic. A bientôt de vous lire.
·
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Que la montagne est belle !
·
Image de Gisny
Gisny · il y a
N'est-ce pas Isabelle ! Merci de votre passage.
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Quand j'étais petite fille et que nous passions nos vacances d'été en Haute Savoie (Gys/ Le biot) ce n'était pas la crainte mais une profonde admiration que j'éprouvais devant la splendeur des orages : couleur du ciel, éclair, tonnerre répercuté par la montagne… ;)
·
Image de Gisny
Gisny · il y a
Quand j'avais neuf ans, j'ai vécu 15 mois près de Bédarieux, en altitude. Je me souviens des orages aussi spectaculaires que violents ; j'avais très peur mais, avec le recul, je prends conscience à quel point ils étaient magnifiques.
·
Image de André Page
André Page · il y a
Je suis très sensible à ce qu'exprime ce poème, bien sûr, merci Gisny :)
·
Image de Gisny
Gisny · il y a
Oui Daniel ! Quelle tragédie ! Qu'avons-nous fait de ce paradis terrestre ! Merci de votre passage.
·
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
Une nature à bout de souffle!
·
Image de Gisny
Gisny · il y a
Que dire de plus ! Merci de votre passage et au plaisir de vous lire.
·
Image de MCV
MCV · il y a
Sans me mettre à genoux, quand le lis "montagne de mon enfance", je frémis! Merci pour ce poème.
·
Image de Gisny
Gisny · il y a
C'est moi qui vous remercie MCV. Retenir l'attention, fussent quelques instants, est déjà beaucoup. Ecrire, certes, parce j'en ai l'envie, le besoin, mais être lu et, si possible, appréciée touche au delà du simple plaisir de mettre des mots sur le ressenti. Que ce soit un thème extérieur, qui nous a ému, une réaction intime ou tout autre sujet portant sur note vécu. Au plaisir de vous lire.
·
Image de Mélodie du cœur
Mélodie du cœur · il y a
Très joli encore ce poème. La nature nous offre tant de bien-être et d'apaisement, à qui sait l'écouter et la ressentir. Rester des heures à contempler ce calme naturel, c'est magique. Protégeons cette si douce nature, et elle nous le rendra au centuple, détruisons-la et nous le paierons tôt ou tard...
·
Image de Gisny
Gisny · il y a
Oui, Mélodie, nous payons déjà nos erreurs, notre ingratitude, nos saccages organisés qui ont bel et bien meurtris, délabrés cette merveilleuse planète. Restons confiants, néanmoins, les nouvelles générations arrivent plus vigilantes. Question de survie ! Merci à vous.
·
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Je pourrais prier avec vous si l'une de mes tantes, lors de promenades dans la campagne pendant mon enfance, ne m'avait obligé à le faire chaque fois - et elles étaient nombreuses - que nous découvrions un calvaire, et ils étaient nombreux...
Sinon, elle me plait bien, votre poésie... Avez-vous lu "Rondeurs des jours" de Giono ?

·
Image de Gisny
Gisny · il y a
Merci Zutalor d'être " viendu " lire mes élucubrations ! Non je n'ai pas lu " Rondeurs des jours " ; je vais m'y mettre. Au plaisir. Cordialement.
·
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Vous y êtes-vous mis ?
Dans la collection "L'IMAGINAIRE".
Tout petit extrait de "Automne en Trièves" :
"Cet automne sauta sur nous du haut des montagnes.
Depuis quelques jours l'air était inquiet et on avait plutôt tendance à être triste en goûtant l'ombre des arbres. Mais on s'attendait à ce qui est d'ordinaire aux fins des ans. On ne s'attendait pas à ce qui arriva.
[...]
L'automne sauta sur nous comme un renard. Il y eut une sorte de bond souple qu'on entendit tomber sur la terre au cours d'une nuit. Le lendemain, l'automne était là. Il commença par se vautrer lentement dans les prés. Il se frottait contre les barrières de peupliers et il laissait de son poil à tous les arbres. En se débattant, il donna un coup de griffe dans un érable et celui-là se mit à saigner à pleines feuilles. Vers le milieu du jour, les prés commencèrent à fumer. C'était une fumée blanche comme de la neige pareille à l'éventement d'un gros tas de cendres. Les chevaux arrêtèrent leur galop. Il s'appelèrent en gémissant et puis d'un pas lourd, ils gagnèrent les pacages et ils restèrent là, dans l'abri des peupliers, têtes basses, frémissant de toute leur peau. Cette fumée des prés, j'en cueillis un gros flocon en dressant ma main en l'air. C'était froid dans ma paume et un peu gluant. Je regardai. J'avais la main pleine de petites étoiles blanches. Des fleurs ! Des fleurs de caille-lait, des pétales de reines-des-prés [...]"

:o)

·
Image de Gisny
Gisny · il y a
Zutalors, pardonnez-moi, voulez-vous ! Je viens seulement de découvrir votre passage. J'aime infiniment ce poème qui donne à l'automne ses lettres de noblesses. Il saute, se vautre, se frotte contre les barrières, caracole dans tout ce qui se présente à ses entrelacements de méandre en méandre. Visiblement, il tient à laisser son empreinte partout où se faufilent ses élans dévastateurs. Comme ce qui modifie, détruit, l'automne sait, dans son for intérieur, que Dame Nature relèvera cet immense défi de renaitre à la vie au Printemps suivant, pour nous épater, nous émerveiller comme chaque année. Merci mille foi Zutalor !
·
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Avec plaisir, Gisny !
On parlait d'automne. Aujourd'hui, c'est Pâques. Giono ne m'a pas aidé mais voulez-vous une recette ? Me suis donné du mal, vous savez... Et faire semble plus facile que dire ou écrire...
https://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/nahaivrimo-ter-du-18-au-26-avril?all-comments=1&update_notif=1555833415#fos_comment_3484639

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur