1
min

Mon Hêtre Bien-Aimé

Image de Margaret

Margaret

0 lecture

0

Là-bas se dresse mon hêtre aimé
qu'effleure à peine la fleuve,
chantant au vent, enraciné
dans l'ami qui l'abreuve.

Enfant m'enfouissait la tête
au secret boisé de ton tronc.
Revenu, mon coeur en fête
s'effondre d'un coup.Quoi donc?

Au secours ! À l'aide ! Au meurtre !
La source nourrice sévit
sans crier gare, devenue traître
qu'inonde, qu'arrache ta vie !

Branches brisées, racines nues,
tu gis mourant vers la rive,
l'eau léchant de ton tronc déchu
ta dernière goutte de sève.

Je ne verrai plus au gai printemps
s'éclater tes bourgeons en feuilles
m'offrant leur belle musique au vent
pour soulager mon hiver de deuil.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,