Mon herbier de mots (9)

il y a
3 min
22
lectures
0

Jacob et les mots sauvages (8), En majesté et en beauté(26), Sketches à tout faire (37), Peines de coeur, Oh ! A peine (24), Autour du neuvième cercle (12), Alice au fil des jours (22) Pimousse ... [+]


Penser : petite chirurgie qui laisse de grosses cicatrices.

Le prince philosophe
Je phosphore. J'analyse. Je fouine. Je m'enquiers de l'Idée, de l'Essence, du Concept.
C'est mon idiosyncrasie, l'entité de mon Etre, l'Etre de mon Etre.

J'en infère que mes méninges sont les plus déliées du royaume.
Il s'ensuit que je n'ai pas usurpé mon titre.
Tous ceux qui auront l'impudence de soutenir l'opinion contraire se retrouveront à l'ombre d'un cachot.
Fin du premier syllogisme.

Les tâches de l'Etat m'absorbent.
S'en abstraire serait trahir.

Une de mes particularités les plus sympathiques est de détester la perfidie qu'adorent et pratiquent complaisamment ma famille, mes ministres, mon peuple et mes petites amies.
Et je n'extrapole pas : c'est l'apanage des proches de comploter.
Pas besoin de passer au peigne fin la morale et au crible la métaphysique pour en tirer des conséquences immédiates.
J'en conclus qu'avec les factieux, il est urgent de raisonner par élimination.
Donc, j'élimine.
C'est la logique même.

Passons aux corollaires.
J'ai caractérisé mes ennemis. J'ai délimité un champ d'action.
Il ne me reste plus qu'à délibérer sur le choix des instruments, l'heure et le jour.
En ces matières qui relèvent du sens commun, je n'ai pas de présupposé, d'hypothèse à vérifier.
Je n'y songe vraiment pas.
Les moyens les plus rapides seront aussi les plus sûrs.
Fin d'argumentation.

Mais ce n'est pas tout.
Je suis avide d'introspection. J'aime dépeindre ce qui m'est intrinsèque, les attributs incontournables de mon pouvoir et même si j'étais frappé d'amnésie sur tout le reste, j'en garderais un ressouvenir précis.
Ils me sont consubstantiels.

J'indique le plus notable : la capacité de réciter par cœur tous mes sujets de mécontentement.
Sur ce chapitre sans équivoque, je laisse à d'autres les trous de mémoire diplomatiques, l'imprécision politique et les réminiscences subjectives.
Fin d'investigation.

Enfance : quand elle n'enchante pas, elle enfonce, l'enfance.
18
Bénédicte

Bénédicte a quelques poupées qu'elle aime bien et d'autres qu'elle maltraite.
C'est comme un rite barbare et désarmant.
Ni les taloches, ni les semonces ni les sermons n'y peuvent rien.

Par exemple, elle prend Cacahuète, un joli baigneur tout rose, d'un rose nacré, presque opalin et le barbouille consciencieusement d'encre jaune, noire, rouge jusqu'à lui donner un aspect de cendre tiède, de cire chaude ou de sang frais.
Comme elle n'est pas trop satisfaite de cette carnation tricolore, elle imagine des mélanges kaléidoscopiques : une zone blanchâtre voisine avec une section violacée et l'incarnadin le plus pur se retrouve corrompu par des pommelures verdâtres ou terreuses.

Elle affectionne les teints plaisamment cirrhotiques, la cyanose, les mouchetures de papier mâché, la lividité cadavérique et la couperose pourvu qu'elle soit malsaine.
Elle enfile alors sa blouse la plus médicale, perche sur sa tête un bonnet avec une grande croix rouge, deux ailes mélancoliques et la voilà infirmière en exercice. Avec une éponge elle efface les tavelures olivâtres ou ligneuses, tout vestige de bile ou d'ictère et rend à Cacahuète la martyre son teint de rose et d'albâtre.

Parfois sa poupée garde un petit quelque chose de flavescent ou de trop rubicond qu'il faut traiter de la manière forte : bain bouillant et paille de fer.
Mais la paille de fer a tendance à occasionner des entailles, des stries crayeuses, des gerçures, des crevasses, toutes sortes de plaies, de tuméfactions et d'intumescences.

Alors, elle appelle sa grande sœur à la rescousse.
Les oedèmes sont résorbés par de patientes pressions, les excroissances moins spectaculaires, ampoules, cloques, bourgeonnements intempestifs s'aplatissent sans faire d'histoires et les escarres, coupures, hachures et griffures se cicatrisent au commandement.

Mais depuis peu, Bénédicte innove ou plutôt élargit le champ de ses expériences.
Elle procède à même l'épiderme de ses victimes, le grêle de fines piqûres d'aiguille, y sculpte des excoriations tribales, injecte sous le tissu cutané des fongosités blafardes, piquette, tiquette, fripe et râpe d'abondance.
Elle couvre les murs d'ecchymoses bleuâtres, de furoncles, de dartres, d'yeux de perdrix et me regarde d'un drôle d'air.

Je crois que nous allons la mettre en pension.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !